Antoine Vey, l’avocat de Mohed Altrad, a dénoncé les conditions de la garde à vue de son client.

“Mon client a 71 ans et qu’il a passé la journée dans une cellule où vous, si vous y passiez deux heures, vous trouveriez cela inhumain. Les enquêteurs sont très courtois, arrangeants, sympathiques mais il y a une brutalité institutionnelle qui est scandaleuse. Ils n’ont pas à dormir dans une geôle avec des types à côté qui leur ont hurlé dessus”, a indiqué son avocat.

Avant de poursuivre : “Il (Altrad) n’a pas dormi de la nuit. La lumière dans la gueule à 23 h 30 pour vous poser des questions quand vous y êtes depuis le matin, ça n’a aucun sens. La mesure de garde de vue dans ce dossier est détournée, parce qu’elle n’a qu’un objectif : la médiatisation. On est à la limite de l’humanité.”