Le procès de février devra mettre fin à l’affaire entre le joueur et la Fédération australienne de rugby, qui l’a licencié en mai dernier pour propos homophobes.

Et oui, Folau conteste sans relâche la résiliation de son contrat et réfute la validité de son licenciement, mettant en “avant un article du Code du travail australien qui interdit tout licenciement en rapport avec la religion de quelqu’un“. Par conséquent, et si le joueur de trouve pas d’entente avec la fédération australienne d’ici le 13 décembre, un procès de 3 à 5 jours aura lieu à partir du 4 février.
À 30 ans, Israel Folau avait provoqué l’indignation à la mi-avril en écrivant, sur son compte Instagram : “Ivrognes, homosexuels, adultères, menteurs, fornicateurs, voleurs, athées, idolâtres, l’Enfer vous attend. Repentez-vous! Seul Jésus peut vous sauver”. La Fédération n’avait ensuite pas tardé à résilier son contrat.