L’ex-sélectionneur du XV de France de rugby Guy Novès, remplacé mercredi par Jacques Brunel après une expérience ratée à la tête de l’équipe nationale a annoncé qu’il ne comprenait pas la faute grave que la FFR lui reproche.

 

“Cette rupture brutale est intervenue sans procédure préalable, c’est-à-dire en violation des droits et garanties essentielles prévues par la loi. Jamais été convoqué à un entretien préalable à cette décision et n’a donc jamais pu prendre connaissance des raisons qui pouvaient la justifier, ni présenter la moindre explication pour sa défense”, affirme Guy Novès dans un communiqué transmit par son avocat.