Défait pour la troisième fois de suite en juin lors des test-matchs, le XV de France est tombé sur plus fort mais a surtout craqué en seconde mi-temps. Un constat que partage le sélectionneur français, Jacques Brunel.

 

La lourdeur du score constitue-t-elle une grosse désillusion au regard des espoirs nourris lors du deuxième test-match, à quatorze pendant 70 minutes (13-26) ?

“C’est une désillusion bien sûr car le score est là mais je suis très satisfait de la première période. On a montré des choses sur le plan offensif, ce qui est toujours le plus difficile à mettre en oeuvre. On a eu plusieurs situations intéressantes, certaines conclues et d’autres non. Dont la première (action, non concrétisée) qui a duré 23 temps de jeu je crois, ce qui est énorme. Ce sont de belles choses qu’on va garder.”

Vous avez pris de la vitesse en seconde période…

“Oui, alors qu’on était dans le rythme en première période. On était relativement bien, entreprenants, avec de la qualité dans nos mouvements. La mi-temps (14-21) aurait pu être atteinte sur un score de parité car l’arbitre gêne (Baptiste Serin) sur le troisième essai, validé malgré la demande d’arbitrage vidéo. Il me paraît évident qu’il y a gêne, interférence. C’est pour ça que je n’ai pas compris la décision. En seconde période on a été un moment donné en surrégime, les All Blacks ont accéléré, nous on a voulu les suivre alors que peut-être il aurait fallu garder notre tempo.”

La défense a elle de nouveau failli…

“C’est vrai qu’on voulait s’appuyer sur ce qui avait bien marché pendant le Tournoi des six nations, la défense, qui n’a pas eu même le rendement. Avec certains joueurs qui n’étaient pas là pendant le Tournoi on a été moins agressifs sur l’ensemble de la tournée. Moins incisifs sur les extérieurs, notamment pour fermer les opportunités. Il faudra retrouver la cohérence qu’on a eue pendant le Tournoi.”

Propos recueillis en conférence de presse