Les Néo-Zélandaises, éliminées en poules en 2014, reprennent leurs bonnes habitudes. Elles se qualifient pour leur cinquième finale de Coupe du monde après leur large succès face aux
Etats-Unis (45-12), mardi à Belfast.

La Nouvelle-Zélande a logiquement dominé les Américaines, moins puissantes et techniques, même si elle a éprouvé davantage de difficultés que lors de la phase de poules, qu’elle avait survolée. Face à un adversaire pénible dans les regroupements, il lui a ainsi fallu attendre la seconde période pour prendre le large (15-7 à la mi-temps), grâce notamment aux jambes de Portia Woodman, vedette du circuit mondial à VII. L’ailière, déjà auteure d’un essai en première période sur un exploit personnel (25), s’est après le repos offert un triplé (48, 62 et 71) pour inscrire quatre des sept essais néo-zélandais. Les Etats-Unis, vainqueurs de la première édition en 1991 puis finalistes trois ans plus tard, en ont eux marqué deux.

Les “Black Ferns”, sacrées en 1998, 2002, 2006 et 2010, affronteront samedi, toujours à Belfast, le vainqueur de la deuxième demi-finale qui oppose dans la soirée (20h45) la France à l’Angleterre, championne du monde en titre après avoir perdu les trois précédentes finales face aux… Néo-Zélandaises.