Morgan Ciprès, patineur français, soupçonné d’avoir envoyé des photos obscènes à une mineure fin 2017, a été relaxé par la commission disciplinaire de la Fédération française des sports de glace. La FFSG ne fera pas appel.

La commission disciplinaire de la FFSG a indiqué qu’il “n’a été porté (à sa) connaissance (…) ni plainte de la victime présumée ni élément de nature à établir l’existence d’une procédure pénale” rapporte l’AFP ajoutant qu’il “ne figure au dossier aucun élément objectif (photographies, messages, lettre …) de nature à établir la preuve de l’infraction reprochée“. Ainsi, la FFSG estime qu’une “décision de condamnation ne saurait ressortir des seules coupures de presse et de la lettre d’un avocat américain adressée à la FFSG pour l’inviter à contacter son assureur“.

Nathalie Péchalat, élue mi-mars après la démission de Didier Gailhaguet, a réagi a la sanction auprès de l’AFP en assurant que la FFSG “est indépendante et ses membres ont les compétences juridiques et déontologiques pour prendre des décisions et prononcer ou non des sanctions. La FFSG ne fera donc pas appel de leurs décisions“.