Initialement écartée, la candidature à la présidence de la Fédération française des sports de glace de de l’ancienne juge internationale de patinage artistique Marie-Reine Le Gougne a finalement été validée.

La candidature de Le Gougne, avait été écartée avec pour motif “une acienneté de licence de moins de deux ans”. Connue comme “la juge qui a triché aux Jeux Olympiques de Salt Lake City en 2002”, durant lesquels elle a été soupçonnée d’avoir favorisé le couple russe Berezhnaya-Sikharulidze, afin “d’obtenir la complaisance des juges russes envers les Français Anissina-Peizerat“, Marie-Reine Le Gougne va finalement être dans la course à la candidature à la présidence de la Fédération française des sports de glace.

L’élection du successeur de Didier Gailhaguet, qui a démissionné après de nombreuses révélations de violences sexuelles dans le patinage, est prévue ce samedi matin, à Paris. En tout, cinq candidatures ont été retenues : Le Gougne, donc, mais également l’ex-championne de danse sur glace Nathalie Péchalat, le président du club d’Angers Damien Boyer-Gibaud, l’entraîneur de short-track Gilles Jouanny et l’ex-bobeur Michel-Ange Marie-Calixte.