Alors qu’un peu moins de la moitié des athlètes doivent encore se qualifier pour les Jeux Olympiques de Tokyo, le CIO a annoncé ce mardi des nouveaux critères pour s’adapter au report d’un an de la compétition.

En raison de l’épidémie de coronavirus, le CIO a pris la décision la semaine dernière de repousser les Jeux Olympiques de Tokyo d’un an, du 23 juillet au 8 août 2021. Pour aller dans le sens de ce report, le CIO a ajouté aujourd’hui de nouveaux critères de qualification pour les athlètes. Pour le moment, 57% des places qualificatives ont été attribuées pour la compétition nippone.

« La révision a été effectuée afin de tenir compte de l’impact de la pandémie du Covid -19 et des nouvelles dates des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 », explique le CIO dans un communiqué. « Les fédérations internationales (FI) peuvent définir leurs propres dates limites pour la période de qualification pour autant que celles-ci soient antérieures au 29 juin 2021 et la nouvelle date limite par sport est fixée au 5 juillet 2021 ». Cette révision des systèmes de qualification sera « finalisée le plus rapidement possible pour que les athlètes et les Comités nationaux olympiques (CNO) ne restent pas dans l’incertitude », souligne le texte.

En ce qui concerne l’attribution des 43 % de places de qualification restantes, le CIO précise qu’elles seront attribuées en fonction des cas soit aux CNO justement, soit aux athlètes. « Refléter, dans la mesure du possible, le processus d’attribution des places des systèmes de qualification initiaux pour chaque sport reste la priorité », rappelle l’instance. Quant aux places dont l’attribution était basée sur le classement, le CIO laisse aux FI toute latitude pour « définir la nouvelle date limite du classement et le processus de qualification ».