Les huitièmes jeux de la Francophonie, auxquels participent 4.000 athlètes et artistes de 53 pays, se sont ouverts vendredi à Abidjan dans un climat de tension après de récents incidents armés dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Ces jeux, programmés du 21 au 30 juillet, sont néanmoins un occasion pour le pays de démontrer son attractivité retrouvée.

Les jeux de la Francophonie, qui ont lieu tous les quatre ans, combinent des épreuves sportives et des concours culturels, ouverts aux 18-35 ans. Ils visent à promouvoir les talents de la jeunesse francophone.

Côté sports, les jeux offrent des compétitions d’athlétisme, de handi-athlétisme, de basket-ball féminin, de football masculin, de judo, de lutte libre, de lutte africaine, tennis de table et de cyclisme sur route en démonstration.

Sept disciplines artistiques sont proposées: arts de la rue (hip-hop, marionnettes géantes, jonglerie), arts visuels (peinture, sculpture, installations), chanson, conte, danse de création, littérature et photographie, mais aussi la création numérique et la création écologique pour le développement.

Ces jeux ont été l’occasion pour Abidjan de rénover ses enceintes sportives et culturelles et de construire de nouveaux équipements, comme une grande salle omnisports de 2.500 places. Le village des jeux, qui héberge les 4.000 participants, a été sorti de terre en neuf mois.

Pour la Côte d’Ivoire, ces jeux sont aussi comme un test avant la Coupe d’Afrique de Nations de football, une manifestation d’une tout autre ampleur, qui se déroulera en 2021.