Omnisports – Sport.fr https://www.sport.fr Le site officiel du sport Mon, 28 Sep 2020 13:16:20 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.5.1 https://www.sport.fr/wp-content/uploads/2020/04/cropped-icon-1-32x32.png Omnisports – Sport.fr https://www.sport.fr 32 32 Coronavirus – Le ministère des sports annonce de nouvelles mesures https://www.sport.fr/omnisports/coronavirus-le-ministere-des-sports-annonce-de-nouvelles-mesures-712705.shtm Mon, 28 Sep 2020 13:18:28 +0000 https://www.sport.fr/?p=712705 Alors que les salles de sport mettent en place des contestations après l’annonce des fermetures dans les zones à risque, le ministère des Sports à ce lundi annoncé de nouvelles mesures pour les quinze prochains jours. “Les gymnases et tous les équipements couverts, comme les salles de sport (ERP de type X) et de manière […]

The post Coronavirus – Le ministère des sports annonce de nouvelles mesures appeared first on Sport.fr.

]]>

Alors que les salles de sport mettent en place des contestations après l’annonce des fermetures dans les zones à risque, le ministère des Sports à ce lundi annoncé de nouvelles mesures pour les quinze prochains jours.

“Les gymnases et tous les équipements couverts, comme les salles de sport (ERP de type X) et de manière générale toutes les activités sportives en salle à destination d’adultes vont devoir cesser momentanément dans les zones d’alerte renforcée et d’alerte maximale” a déclaré le Ministère. “Toutefois, les publics prioritaires peuvent continuer d’y exercer leur pratique : scolaires, mineurs pratiquant en association sportive, sportifs de haut niveau et espoirs, sportifs professionnels, personnes en formation professionnelle ou universitaire (STAPS).” D’autre part, “Les équipements de type plein air (bases de loisirs, stades ouverts, courts de tennis, golfs, etc.) ne sont pas concernés par ces restrictions. Pour tous les publics et dans toutes les zones, la pratique sportive (en association ou dans le temps scolaire) reste autorisée”.

The post Coronavirus – Le ministère des sports annonce de nouvelles mesures appeared first on Sport.fr.

]]>
Fermeture des salles de sport – Des actions en justice vont être déposées https://www.sport.fr/omnisports/fermeture-des-salles-de-sport-des-actions-en-justice-vont-etre-deposees-712666.shtm Mon, 28 Sep 2020 10:14:01 +0000 https://www.sport.fr/?p=712666 Plusieurs entreprises gérant des salles de sport (fitness, foot à 5, escalade…) doivent déposer ce lundi des référés devant la justice administrative contre les arrêtés de fermeture. Ils contestent  une décision qu’ils estiment “disproportionnée”, a indiqué le syndicat Union Sport et Cycles, qui regroupe 500 marques de sport. “Plusieurs dizaines de référés doivent être déposés lundi par l’ensemble des […]

The post Fermeture des salles de sport – Des actions en justice vont être déposées appeared first on Sport.fr.

]]>

Plusieurs entreprises gérant des salles de sport (fitness, foot à 5, escalade…) doivent déposer ce lundi des référés devant la justice administrative contre les arrêtés de fermeture. Ils contestent  une décision qu’ils estiment “disproportionnée”, a indiqué le syndicat Union Sport et Cycles, qui regroupe 500 marques de sport.

“Plusieurs dizaines de référés doivent être déposés lundi par l’ensemble des entreprise concernées“, a déclaré Virgile Caillet délégué général de l’Union sport et cycles. depuis l’annonce de la fermeture des salles de sport par le ministre de la santé Olivier Veran à partir de ce lundi dans les zones d’alertes renforcées, les salles de sport témoignent de leur mécontentement. Ils ne sont pas d’accord avec le fait de contribuer à la propagation du virus, avançant le chiffre de 200 cas de Covid-19 recensés dans les salles de sport sur près de 25 millions de passages depuis le mois d’août.

Les dirigeants des clubs de sport de L’Usine ont eux annoncé avoir déposé dès samedi un recours auprès du tribunal administratif de Paris. “C’est un véritable cauchemar, un massacre économique en règle“, expliquent Patrick Rizzo et Patrick Joly dans un communiqué. “C’est le préjudice et le côté disproportionné de la décision et de l’injustice de la décision, par rapport à d’autres secteurs qui ne sont pas concernés par des arrêtés de fermeture, qui expliquent cette démarche“.

The post Fermeture des salles de sport – Des actions en justice vont être déposées appeared first on Sport.fr.

]]>
Apnée – Arnaud Jérald bat le record du monde en bi-palmes https://www.sport.fr/omnisports/apnee-arnaud-jerald-bat-le-record-du-monde-en-bi-palmes-709946.shtm Tue, 15 Sep 2020 13:16:34 +0000 https://www.sport.fr/?p=709946 Le Français Arnaud Jérald a battu le record du monde en bi-palmes (poids constant) en descendant à 112 m ce mardi à Kalamata (Grèce) à l’occasion de l’European Cup. À 24 ans, Arnaud Jérald a amélioré le record du monde qui venait tout juste d’être établi par Alexey Molchanov, rapporte l’AGP. Le Russe, qui détenait la […]

The post Apnée – Arnaud Jérald bat le record du monde en bi-palmes appeared first on Sport.fr.

]]>
Le Français Arnaud Jérald a battu le record du monde en bi-palmes (poids constant) en descendant à 112 m ce mardi à Kalamata (Grèce) à l’occasion de l’European Cup.

À 24 ans, Arnaud Jérald a amélioré le record du monde qui venait tout juste d’être établi par Alexey Molchanov, rapporte l’AGP. Le Russe, qui détenait la meilleure marque mondiale (110 m en août 2019), est descendu lundi à 111 m en 4 min 10 sec à Krk (Croatie). Le Français est lui descendu ce mardi à 112 m en 3 minutes et 24 secondes.

The post Apnée – Arnaud Jérald bat le record du monde en bi-palmes appeared first on Sport.fr.

]]>
JO 2024 – La Seine-Saint-Denis totalement abandonnée ? https://www.sport.fr/omnisports/jo-2024-la-seine-saint-denis-totalement-abandonnee-709899.shtm Tue, 15 Sep 2020 09:30:53 +0000 https://www.sport.fr/?p=709899 Pierre Rabadan, l’ancien troisième-ligne du Stade Français, devenu adjoint d’Anne Hidalgo en charge des sports et des Jeux a répondu aux questions de 20 Minutes sur les JO 2024 à Paris et l’abandon de plusieurs sites en Seine-Saint-Denis. “La Seine-Saint-Denis s’inquiète et a des revendications. Nous comprenons leurs interrogations. Nous pouvons potentiellement perdre des sites […]

The post JO 2024 – La Seine-Saint-Denis totalement abandonnée ? appeared first on Sport.fr.

]]>

Pierre Rabadan, l’ancien troisième-ligne du Stade Français, devenu adjoint d’Anne Hidalgo en charge des sports et des Jeux a répondu aux questions de 20 Minutes sur les JO 2024 à Paris et l’abandon de plusieurs sites en Seine-Saint-Denis.

“La Seine-Saint-Denis s’inquiète et a des revendications. Nous comprenons leurs interrogations. Nous pouvons potentiellement perdre des sites de compétition, ce qui entraînerait des conséquences sur le projet de départ. C’est difficile de faire un plan d’économies sans enlever quelque chose à quelqu’un. Mais dans le contexte économique et sanitaire, il est difficile de laisser le projet à l’identique. Nous ne sommes plus dans le même monde qu’il y a un an. Après, il faut que ce soit une répartition équitable avec des phénomènes de compensation et de transferts de compétitions”, a indiqué Pierre Rabadan, adjoint d’Anne Hidalgo en charge des sports et des Jeux de Paris 2024.

The post JO 2024 – La Seine-Saint-Denis totalement abandonnée ? appeared first on Sport.fr.

]]>
Sept jours sur le Kilimandjaro, récit de rando – By Women Sports https://www.sport.fr/omnisports/sept-jours-sur-le-kilimandjaro-recit-de-rando-by-women-sports-709714.shtm Mon, 14 Sep 2020 10:52:40 +0000 https://www.sport.fr/?p=709714 Vivez l’ascension de la plus haute montagne africaine comme si vous y étiez.  Par Floriane CantoroExtrait du magazine WOMEN SPORTS N.16 d’avril-mai-juin 2020 Sa silhouette, imposante et unique, fait sa renommée. À l’extrême nord de la Tanzanie, comme sorti de terre au milieu de la savane, le Kilimandjaro détonne autant qu’il impressionne. Surnommé « le toit de l’Afrique », ce […]

The post Sept jours sur le Kilimandjaro, récit de rando – By Women Sports appeared first on Sport.fr.

]]>

Vivez l’ascension de la plus haute montagne africaine comme si vous y étiez. 

Par Floriane Cantoro
Extrait du magazine WOMEN SPORTS N.16 d’avril-mai-juin 2020

Sa silhouette, imposante et unique, fait sa renommée. À l’extrême nord de la Tanzanie, comme sorti de terre au milieu de la savane, le Kilimandjaro détonne autant qu’il impressionne. Surnommé « le toit de l’Afrique », ce mont volcanique culmine à 5.895 mètres d’altitude, soit un kilomètre de plus que le Mont-Blanc. Sur ces flans, s’étendent des hectares de forêts tropicales, des étendues de plateaux rocailleux et de vastes calottes glacières.

Le Kilimandjaro vu depuis la savane. (Photo by Lubo Ivanko / Shutterstock)

Depuis sa première ascension en 1889, le Kilimandjaro ne cesse t’attirer les aventuriers du monde entier. Tous les ans, ils sont plusieurs dizaines de milliers à venir s’y frotter… et souvent s’y piquer ! En août dernier, c’est Lorenne Bouaidat, 25 ans, qui est partie à l’assaut de ce mythique sommet aplati et toujours enneigé. Kinésithérapeute de profession, la jeune femme originaire de Tarbes s’est lancée dans l’ascension du « Kili » avec son compagnon et deux autres couples d’amis, tous des sportifs aguerris. Encadrés par l’agence Congema Safaris, ils ont choisi un parcours en sept jours par la voie « Machame », réputée pour être l’une des plus belles. Lorenne a accepté de nous raconter cette aventure ; elle nous dévoile le Kilimandjaro comme on ne l’imaginait pas.

Une pente pas si raide ! 

J-0, veille du départ. Dans un hôtel d’Arusha, une ville située à quelques kilomètres au sud du Kilimandjaro, nos six randonneurs français profitent des dernières heures de confort. Contrairement à certains trekkeurs qui choisissent des nuitées en gîtes, eux ont opté pour une forme d’ascension plus authentique en bivouacs. Un contact direct avec la nature sciemment recherché mais qui se complique quand la météo n’est pas au beau fixe. « On a pris la pluie d’entrée… », se souvient Lorenne, évoquant une première nuit « mouillée » sous la tente. Le ton est donné : ce « Kili », il faudra se le mériter ! Heureusement, les randonnées des jours 1 et 2 sont assez faciles, avec un faible dénivelé. Cela représente environ 4 heures de marche par jour pour des sportifs comme eux (entre 4 et 6h en moyenne). Mis à part un petit « mur » à 4.000 mètres surnommé le « Breakfast Wall » (car les trekkeurs ont pour habitude d’y laisser leur petit déjeuner…), l’ascension du Kilimandjaro est d’ailleurs un effort physique assez abordable, même pour les moins sportifs des aventuriers. « On a vu tous types d’âges et de profils », assure Lorenne. 

Jeux de cartes et poulet-frites en altitude 

En principe, les randonneurs terminent l’étape quotidienne vers 13h00 et passent l’après-midi à jouer aux cartes et à discuter, « pour tuer le temps ». Car les marcheurs n’ont absolument rien d’autre à faire sur le Kilimandjaro que… marcher ! Ce sont les « porteurs » qui s’occupent de la logistique, de monter et démonter le campement. Ces accompagnateurs indispensables, parmi les mieux payés des hommes tanzaniens, calent parfois sur leur dos jusqu’à 20 kg de tentes, de chaises, de vêtements… « Nous, on a vraiment le strict minimum dans nos sacs de rando : une bouteille d’eau, de quoi se couvrir, des barres de céréales et c’est tout ! », reconnaît Lorenne. Il y a aussi les cuisiniers – qui vont jusqu’à leur concocter un surprenant poulet- frites à 4.000 mètres d’altitude ! – et les guides. Sans ces personnes de soutien (une douzaine pour six randonneurs en l’occurence), les touristes ne peuvent pas accéder au « toit de l’Afrique ». Le règlement du Parc empêche même les meilleurs traileurs du monde de grimper sans un guide certifié. 

Le mal des montagnes : ennemi public numéro un 

L’importance de ces soutiens pendant l’ascension se fait particulièrement ressentir au jour 3, celui de la marche d’acclimatation. Une sorte d’aller-retour en altitude pour adapter ses poumons au manque d’oxygène. Ce jour-là, le petit groupe d’amis atteint les 4.600 mètres. « Les filles ont commencé à se sentir patraques pendant la montée. Ensuite, la soirée a été compliquée pour tout le monde : on a tous eu mal à la tête et des nausées », se rappelle Lorenne. C’est ce que l’on appelle le « mal des montagnes ». « Pour moi, l’altitude est ce qu’il y a de plus difficile sur le Kilimandjaro », déclare la jeune femme passionnée de trail, pourtant habituée aux courses en hauteur sur les cimes des Pyrénées. « Le mal des montagnes peut toucher tout le monde sans exception, sportif ou non, et on ne peut rien y faire ». Les médicaments tels que le paracétamol ou l’ibuprofène demeurant assez peu efficaces. 

Lorenne et ses amis auront mis sept jours pour monter et descendre le plus haut sommet d’Afrique. (Photo by TristanBalme / Shutterstock)

S’écouter, s’écouter, s’écouter 

Au matin du jour 4, les maux de tête et les nausées affectent toujours les filles. Lorenne, elle, n’a plus d’appétit. Les doutes s’installent : parviendront-ils au sommet, ensemble ? « Il a fallu se rebooster tout en restant lucides sur notre santé », explique Lorenne, qui avait pensé à embarquer un oxymètre de pouls dans son sac à dos. Il faut bien garder à l’esprit que l’ascension du Kilimandjaro n’est pas une promenade de santé. Si la difficulté du parcours n’est pas insurmontable, cela reste un trek de plusieurs jours dans des conditions extrêmes (jusqu’à -10°C) et à une altitude inhabituelle pour la plupart des grimpeurs. Les conséquences pour l’organisme peuvent être dramatiques comme en témoignent les quelques malheureux décès déclarés chaque année par les autorités du Parc. « Il n’y a pas de médecin dans les groupes d’ascension, on est en auto-gestion, précise Lorenne. Les guides font un check-up rapide tous les soirs mais il faut s’écouter soi en priorité car ils ont un peu tendance à pousser. Ils ont envie qu’on aille au bout, qu’on soit heureux et qu’on recommande leur agence. » Aussi, les jours 4 et 5, c’est « tranquillement » que les six amis rejoignent le dernier camp de base, à 4.752 mètres, attentifs au moindre signe de fatigue des uns et des autres. 

Shutterstock
Photo : Lorenne Bouaidat
Shutterstock

2 minutes au sommet et 3 kg en moins ! 

Le jour 6 est sans aucun doute le plus dur de l’aventure : c’est l’ascension finale. Elle se fait de nuit (départ à minuit) et se déroule en deux étapes : un premier tronçon jusqu’à Stella Point (5.756 mètres), puis un second jusqu’à Uhuru Peak, le point culminant de l’Afrique. L’expédition nocturne tourne vite au cauchemar pour Lorenne qui fait une hypoglycémie. Elle ne s’alimente pas beaucoup depuis trois jours. Chaque pas lui demande un effort considérable. Elle puise dans ses ressources pour finalement atteindre le sommet « au mental » vers 7h00 du matin.  « Paradoxalement, je n’ai pas trop profité de la vue. J’avais tellement mal à la tête qu’il me tardait qu’une seule chose : redescendre ! ». Tous sont d’ailleurs unanimes : c’est un peu plus bas, à Stella Point, qu’ils ont véritablement eu les larmes aux yeux. « C’est là que l’objectif est psychologiquement atteint. Il ne reste qu’une heure de marche, à peine. Dans nos têtes, c’est déjà plié ! »

À 5.895 mètres, Lorenne et ses amis rebroussent donc vite chemin. Ils dorment quelques heures au camp de base, en journée, puis rechaussent les baskets pour dévaler encore un peu de pente. « C’est la journée de marche la plus longue », se rappelle la randonneuse. La descente finale s’effectue le jour 7, le coeur léger : « Les douleurs s’amenuisent. On réalise qu’on l’a fait, on est content, libéré et on a perdu 3 kg! (rires) »

(Photo by Lorenne Bouaidat)

Un dernier conseil pour la route : pas d’ascension à l’improviste ! 

Ce que Lorenne retient de son expérience, c’est qu’il ne faut surtout pas s’aventurer sur le Kilimandjaro sur un coup de tête. Ce genre d’expédition nécessite d’être correctement préparée, notamment en terme d’équipements contre le froid. Elle conseille également aux aventuriers les moins sportifs de s’entraîner un minimum avant le départ. « L’altitude nous affaiblit déjà suffisamment. Si les jambes ne suivent pas, en plus, ça risque d’être très compliqué. » Résumons pour les personnes intéressées : acheter une bonne doudoune, suivre un programme sportif « accéléré » et booker un vol pour la Tanzanie. C’est parti !

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le 16 septembre dernier, la Française Vanessa Morales a battu le record du monde féminin d’ascension du Kilimandjaro par la « Western Breach », une des voies les plus difficiles d’accès au sommet. Avec un aller-retour effectué en 9 heures 58 minutes et 49 secondes (environ 7h pour monter et 3h pour descendre par la voie « Mweka »), la traileuse amateure de Muret avait ainsi relégué à plus de 7 minutes le précédent record détenu par la Brésilienne Fernanda Maciel (10h06 en 2017). Malheureusement, son exploit n’a pas pu être homologué. En mettant son chrono « en pause » plusieurs fois pour venir en aide à son guide Ronald, victime de violents malaises, l’athlète de 36 ans savait que son temps ne serait pas valide. La déception, d’abord immense, a vite été compensée par les remerciements et les larmes de joie des proches de Ronald. Et puis, pour cette infirmière de profession qui cumule les records pour la Ligue française contre la sclérose en plaques, « ce n’est que partie remise ! ».

The post Sept jours sur le Kilimandjaro, récit de rando – By Women Sports appeared first on Sport.fr.

]]>
Gabriella Papadakis, Mathilde Gros, Élodie Clouvel, Olivia Epoupa : le Best Of des Live Instagram de Women Sports ! https://www.sport.fr/omnisports/gabriella-papadakis-mathilde-gros-elodie-clouvel-olivia-epoupa-le-best-of-des-live-instagram-de-women-sports-701276.shtm Fri, 11 Sep 2020 18:23:00 +0000 https://www.sport.fr/?p=701276 interviews réalisées en « live » sur nos réseaux sociaux. Les internautes pouvaient participer et poser leurs questions aux sportives qui ont joué le jeu. Anecdotes, scoops, inspirations, parcours de vie singuliers… elles se sont livrées à coeur ouvert en direct, pour le plus grand bonheur des auditeurs ! Extraits et meilleurs passages.  Par Vanessa Maurel et […]

The post Gabriella Papadakis, Mathilde Gros, Élodie Clouvel, Olivia Epoupa : le Best Of des Live Instagram de Women Sports ! appeared first on Sport.fr.

]]>

interviews réalisées en « live » sur nos réseaux sociaux. Les internautes pouvaient participer et poser leurs questions aux sportives qui ont joué le jeu. Anecdotes, scoops, inspirations, parcours de vie singuliers… elles se sont livrées à coeur ouvert en direct, pour le plus grand bonheur des auditeurs ! Extraits et meilleurs passages. 

Par Vanessa Maurel et Floriane Cantoro
Extrait du magazine WOMEN SPORTS N°17 de juillet-août-septembre 2020.

Les replay de chaque « live » sont disponibles sur notre chaîne YouTube (Women Sports), ainsi qu’en IGTV sur Instagram (@womensports.fr).

#OMG | Le saviez-vous ? 

Gabriella Papadakis a passé plus de la moitié de sa vie avec Guillaume Cizeron !

C’est son premier et unique partenaire de danse sur glace. Ils patinent ensemble depuis l’âge de 9-10 ans. « On a gardé le même humour pipi-caca de l’époque d’ailleurs, un enfer pour nos coachs ! (rires) ». Gabriella et Guillaume ont passé plus de temps l’un avec l’autre qu’avec leurs propres frères et soeurs respectifs. Ils se connaissent parfaitement ; « c’est une relation unique qu’on peut difficilement comparer à autre chose. »

Élodie Clouvel visait les bassins à Pékin 

Avant de devenir N.1 mondiale de pentathlon moderne, Élodie Clouvel faisait de la natation, sous la direction de Philippe Lucas. Cependant, elle n’est pas parvenue à se qualifier pour les Jeux Olympiques de Pékin, en 2008. Un coup dur… À la fois déçue et saturée de ne faire qu’un seul sport, elle s’est tournée vers le pentathlon moderne à l’âge de 19 ans« C’est un sport à maturité tardive. » Elle a dû apprendre trois nouvelles disciplines : l’escrime, le combiné course/tir et l’équitation, elle qui avait pourtant peur des chevaux ! Un virage payant puisqu’elle s’est qualifiée pour les JO de Londres en 2012 et qu’elle a décroché l’argent à Rio quatre ans plus tard.

Ysaora Thibus s’entraîne en solo… ou plutôt en duo avec son amoureux !

En 2016, déçue des Jeux de Rio (ndlr, éliminée à deux touches des demi-finales), la fleurettiste française a fait le choix de quitter le système fédéral. Elle avait « besoin de sortir de [sa] zone de confort ». Elle venait également d’être diplômée de l’ESCP Europe (double projet) et avait désormais envie de se consacrer pleinement à l’escrime. Investir dans elle-même, en somme, et gérer sa carrière de A à Z. « C’était compliqué au début, j’ai raté beaucoup de vols ! », se souvient-elle amusée. D’autant que personne ne pouvait la conseiller à l’époque, ce statut de « sportive indépendante » étant totalement inédit dans l’escrime tricolore. Aujourd’hui, elle se sent beaucoup mieux dans cette nouvelle organisation et collabore de manière efficiente avec la Fédération française. 

❤️ La belle histoire : « Je n’ai pas remporté de médaille à Rio, mais j’y ai trouvé l’amour » ! Depuis quatre ans, Ysaora Thibus partage la vie du fleurettiste américain Race Imboden, rencontré sur les pistes du Brésil. C’est ensemble qu’ils menent aujourd’hui leur carrière respective, voyageant main dans la main. 

Mathilde Gros : du parquet au braquet, la destinée

Jusqu’à l’âge de 15 ans, Mathilde Gros rêvait de faire partie de l’équipe de France de… basketball ! Elle avait même intégré le Pôle espoir des Bouches-du-Rhône. Mais un événement anodin est venu tout chambouler en 2014  : l’arrivée au CREPS d’Aix-en-Provence d’un « wattbike », vélo d’intérieur équipé d’un capteur de puissance qu’elle essaie pour s’amuser. Sa performance est époustouflante et remonte aux oreilles de l’entraîneur de Saint-Quentin-en-Yvelines qui lui propose de venir découvrir le cyclisme sur piste pendant une semaine. « Je ne connaissais pas du tout ce sport, j’ai dû aller voir des vidéos sur Youtube », avoue-t-elle. Pourtant, elle n’aura pas hésité longtemps avant de préférer le vélo au basketball : « Quand on vous parle d’INSEP et de Jeux olympiques alors que vous n’avez encore jamais pratiqué le sport, c’est prometteur ! ». Aujourd’hui, la piste est devenue une véritable passion pour Mathilde. « Je ne changerais mes décisions pour rien au monde ! ».

A sang pour sang : Kseniya Moustafaeva entrainée « à la russe » par sa maman

« C’est difficile parfois de faire la part des choses entre la maman et l’entraîneure pour moi, et entre la fille et la gymnaste pour elle. Petite, ma mère ne faisait pas du tout la différence entre le gymnase et la maison. Éduquée « à la russe », elle ne voyait que par la GR (ndlr, gymnastique rythmique). Travail, travail, travail… il n’y avait que ça qui comptait ! » Il y a eu pas mal de clashs (en russe !), des réajustements ont été faits et aujourd’hui, mère et fille semblent avoir trouvé un équilibre. Par contre, Kseniya en est persuadée : elle n’entraînera jamais sa fille même si l’occasion se présentait. « Elle fera ce qu’elle voudra, mais sans moi ! (rires) »

#WTF, #MDR | Ces infos qui nous ont fait (sou)rire !

Gévrise Émane se verrait bien ministre des Sports !

« Pour le moment, c’est Roxana », plaisante-t-elle. Elle ne veut pas lui piquer le job, bien sûr ! Mais l’ex-judoka de 37 ans, fille de diplomate, est fortement intéressée par les questions politiques et sportives. Alors pourquoi ne pas briguer l’Élysée dans quelques années ? 

Elodie Clouvel, à Cannes en 2025 ?

C’est un projet de reconversion pour le moins original qu’envisage l’athlète française après sa carrière sportive : devenir actrice.« Mon rêve c’est d’être championne olympique… puis nommée aux Césars ! » La jeune femme de 31 ans est passionnée de théâtre et de cinéma. Elle a déjà tourné dans des publicités et suivi quelques cours Simon. « Pour le moment, je ne peux pas me donner les moyens de faire des choses dans ce domaine, mais c’est un rêve que je garde en tête. Une fois ma carriere sportive terminée, je me mettrai à 100% dans l’acting. »

Un possible tour du monde pour Olivia Epoupa  

Elle est déjà la globe-trotteuse du basket féminin français. À 26 ans, Olivia Epoupa a joué dans de nombreux clubs de l’Hexagone, mais aussi à l’étranger. Après ses passages à Mont-de-Marsan, Toulouse et Lille, la petite meneuse tricolore (1,65m) s’est envolée pour la Turquie (deux saisons), puis l’Australie. « Pour découvrir d’autres cultures, d’autres mentalités et d’autres visions du basket ». Mais ce qui la ferait vraiment « kiffer », après sa carrière, serait de faire un tour du monde en dehors des parquets, au plus près des populations locales

« Kiki » Mladenovic et Yannick Noah sont demandés au coaching d’Amandine Hesse, s’il vous plaît !

Sa plus belle émotion sur un court, Amandine Hesse l’a vécue en 2018, au premier tour de la Fed Cup, lors de son double décisif victorieux contre la Belgique aux côtés de son amie d’enfance Kristina Mladenovic. « Kiki se transcende à chaque fois qu’elle joue en Équipe de France, et elle a réussi à me transcender à mon tour. J’aimerais bien qu’elle vienne un peu plus souvent avec moi sur les tournois (rires). » Ce beau souvenir en équipe nationale est aussi marqué par sa rencontre avec le capitaine de l’époque, Yannick Noah. « A chaque fois qu’il nous parlait, j’en avais des frissons. C’est quelqu’un qui dégage une générosité incroyable ! Lui aussi, il a réussi à me transcender. Le fait qu’il me fasse confiance pour ce double décisif, c’est quelque chose que je n’oublierai jamais. »

Gabriella Papadakis fait des cauchemars à l’approche d’une compétition !

Au fil des années, la danseuse sur glace s’est créée une petite routine d’avant-compétition. Et celle-ci inclut des rêves tous plus farfelus les uns que les autres pendant la sieste qui précède son passage devant les juges. Ses pires cauchemars se produisent pendant son sommeil : une fois elle oublie son costume et se retrouve « à poil » sur la glace, une autre fois c’est carrément la patinoire qui s’ouvre sous ses pieds au moment de danser ! Bref, c’est toujours un fiasco.  « C’est comme si j’avais besoin de penser à tout ce qui pourrait mal arriver pour ensuite me dire que, de toute façon, ça ne pourra jamais être pire ! Ça me fait relativiser. » Quand elle arrive sur la glace, tout ce stress et ses cauchemars se sont envolés. 

Marie Wattel se réjouit du report des JO de Tokyo parce qu’elle est « bonne une année sur deux », dixit son coach.

« Moi je me sentais prête à bien nager, satisfaite de mes résultats à l’entraînement ces derniers mois. Mais il faut se dire que tout arrive pour une raison. Peut-être effectivement que ce n’était pas mon année, peut-être que ce sera l’année prochaine. »

#INSPI | Des conseils en or

Gabriella Papadakis ou l’art de bien patiner : sa recommandation aux débutants.  « Fais autre chose que du patin : danse, écoute de la musique, lis des livres… Il faut travailler sur la glace parce que oui, c’est un sport ultra-technique, mais c’est aussi une discipline qui nécessite de la créativité. Toutes mes inspirations pour le patin viennent pour ma part d’autres domaines. »

Élodie Clouvel nous motive avec sa propre devise : « A ceux qui rêvent, osent, travaillent et n’abandonnent jamais ! »

Le tuto beauté d’Aurélie Muller :« Pour combattre les effets du chlore, il faut systématiquement se rincer, même si c’est contraignant quand on nage plusieurs fois par jour. Nettoyer sa peau, faire des masques pour les cheveux et bien s’hydrater, c’est primordial ! ».

La santé d’abord ! Lamise en garde de Kseniya Moustafaevaaux petites gymnastes.« La GR est un sport où l’on demande aux athlètes d’êtres toujours plus minces. C’est une discipline où l’esthétique compte. Mais vouloir maigrir à tout prix et faire des régimes à répétition, ce n’est pas la solution. Je l’ai vécu par le passé. Mon poids était devenu une obsession, je faisais sans arrêt le « yoyo » sur la balance, ce qui a un impact physique mais aussi psychologique. J’ai consulté des psychologues pour m’en sortir… Aujourd’hui, je suis beaucoup plus souple là-dessus. J’ai compris que le meilleur moyen d’avoir une jolie silhouette était de manger équilibré, de boire beaucoup d’eau et de ne pas trop se prendre la tête ! » 

« C’est pas la taille qui compte ! »l’affirmation réconfortante d’Olivia Epoupa à destination des jeunes basketteuses« J’ai jamais pris ma petite taille (ndlr, 1,65 m) comme un handicap. Je savais que j’avais mes qualités. Il ne faut pas écouter les gens qui vous disent que vous n’y arriverez pas parce que vous êtes petite, ou parce que vous n’avez pas tel ou tel physique. Montrez-leur qu’ils se sont trompés. Continuez de croire en vous et travaillez ! »

#OH | Entendu en direct

Olivia Epoupa nous parler turc

La meneuse française a profité de son passage sportif à Istanbul pour apprendre quelques mots en langue locale : « bonjour », « ça va ? », « merci » ou « bonne nuit ». À la fin de son séjour, elle commençait même à comprendre quelques bribes de conversation. Mais, faute de pratique, son vocabulaire turc s’est quelque peu altéré depuis… En tout cas, elle n’oubliera jamais ce peuple « accueillant et attachant », assurément le « meilleur public du monde au basket ! ».

Kseniya Moustafaeva et Aurélie Muller évoquer la possibilité d’écrire un livre auto-biographique

La gymnaste et la nageuse en auraient des choses à raconter ! L’une de part sa relation particulière avec sa maman, qui est aussi son entraîneure. L’autre en raison de son rapport compliqué aux Jeux olympiques, et son parcours sportif entre bassins et eau libre.

Gabriella Papadakis nous parler de son rapport au corps : la minute « body positive »

« J’ai toujours eu beaucoup de complexes, surtout à l’adolescence, mais ils ont tendance à s’atténuer avec le temps. C’est sans doute ça, « devenir adulte ». Savoir accepter ce qu’on ne peut pas changer chez soi et trouver de la beauté dans ses caractéristiques personnelles. J’ai remarqué que me faire pendre en photo, mais décider un peu comment, de quelle manière… ça m’avait beaucoup aidée à apprécier mon corps, à le voir plus comme une oeuvre d’art que comme quelque chose qui doit « fiter » autre chose. Aujourd’hui, j’apprécie tous mes traits de visage, tous mes traits de corps qui sont uniques, et que je suis la seule à avoir. Ces mêmes traits qui, justement par le passé, me complexaient. »

#INSTALOVE | Un « pouce » de sportives

Gabriella Papadakis : Mention « J’aime » pour sa robe de tango portée en compétition la saison passée et celle du programme libre des Jeux olympiques de PyeongChang en 2018, sur la musique de Beethoven. Ses deux costumes préférés ! 

Elodie Clouvel: Coup de coeur pour la série « Unorthodox » sur Netflix, vraie découverte de ce confinement. La championne cite également Leonardo DiCaprio, Scarlett Johansson et Marion Cotillard parmi ses acteurs fétiches. Son genre cinématographique de prédilection : les comédies dramatiques, les thrillers et les drames psychologues. « Tout ce qui est dans l’émotion »

La superstar du tennis féminin Serena Williams est une source d’inspirations pour nos championnes françaises, notamment Olivia Epoupa et Amandine Hesse« J’étais très intimidée lorsque je l’ai croisée un jour dans les vestiaires d’un Grand Chelem… », avoue même cette dernière. 

Aurélie Muller : Elle est fan de l’explorateur et aventurier de l’extrême américain Mike Horn ! Elle salue également l’élégance de Roger Federer, sur comme en dehors des courts, et loue l’immense carrière de Martin Fourcade. 

Amandine Hesse est shopping-addict ❤️, tandis qu’Aurélie Muller est passionnée de planeurs ??.

Nos championnes, en bref :

Élodie Clouvel (31 ans, pentathlon moderne) : vice-championne olympique en titre, vice-championne du monde 2016 et d’Europe 2015, actuelle N.1 mondiale.

Gabriella Papadakis (25 ans, patinage artistique – danse sur glace) : 5 fois championne d’Europe, 4 fois championne du monde et vice-championne en 2018.

Olivia Epoupa (26 ans, basketball) : Championne de France 2017, championne d’Australie 2020 et triple médaillée d’argent à l’Euro (2015, 2017 et 2019).

Ysaora Thibus (28 ans, escrime – fleuret) : 14 fois championne de France et vice-championne du monde en 2018. 

Marie Wattel (22 ans, natation) : double championne d’Europe du 4×100 m nage libre, et vice-championne d’Europe 2017 du 100m papillon (petit bassin). 

Mathilde Gros (21 ans, cyclisme -piste) : double championne d’Europe de keirin (2018 et 2019).

Amandine Hesse (27 ans, tennis) : lauréate de quatre tournois ITF et membre de l’équipe de France de Fed Cup depuis 2017.

Kseniya Moustafaeva (25 ans, gymnastique rythmique) : 5 fois championne de France. 

Gévrise Emane (37 ans, judo) : triple championne du monde, quintuple championne d’Europe et médaillée de bronze olympique (Londres-2012).

Aurélie Muller (30 ans, natation – eau libre) : double championne du monde et championne d’Europe du 10 km.

The post Gabriella Papadakis, Mathilde Gros, Élodie Clouvel, Olivia Epoupa : le Best Of des Live Instagram de Women Sports ! appeared first on Sport.fr.

]]>
Tokyo 2021 – Plusieurs scénarios possibles pour le CIO https://www.sport.fr/omnisports/tokyo-2021-plusieurs-scenarios-possibles-pour-le-cio-708900.shtm Thu, 10 Sep 2020 08:39:00 +0000 https://www.sport.fr/?p=708900 Interrogé dans le cadre d’une conférence de presse virtuelle, Thomas Bach a donné quelques informations concernant les Jeux olympiques de Tokyo 2021. “Nous ne savons pas à quoi ressemblera le monde demain, alors comment pouvez-vous attendre de nous que nous sachions à quoi il ressemblera dans 320 jours à partir d’aujourd’hui. Le groupe de travail […]

The post Tokyo 2021 – Plusieurs scénarios possibles pour le CIO appeared first on Sport.fr.

]]>

Interrogé dans le cadre d’une conférence de presse virtuelle, Thomas Bach a donné quelques informations concernant les Jeux olympiques de Tokyo 2021.

“Nous ne savons pas à quoi ressemblera le monde demain, alors comment pouvez-vous attendre de nous que nous sachions à quoi il ressemblera dans 320 jours à partir d’aujourd’hui. Le groupe de travail sur les Jeux se prépare pour différents scénarios. On ne sait pas quel sera l’environnement l’an prochain, il est donc trop tôt pour dire aujourd’hui lequel prévaudra”, a indiqué le président du CIO lors de cette conférence de presse.

The post Tokyo 2021 – Plusieurs scénarios possibles pour le CIO appeared first on Sport.fr.

]]>
Les JO de Tokyo auront lieu “même avec le Covid” ! https://www.sport.fr/omnisports/les-jo-de-tokyo-auront-lieu-meme-avec-le-covid-708356.shtm Mon, 07 Sep 2020 12:30:10 +0000 https://www.sport.fr/?p=708356 Les Jeux olympiques de Tokyo, reportés à 2021, se dérouleront l’an prochain et seront ceux qui “ont vaincu le Covid”, a assuré lundi John Coates, le vice-président du Comité international olympique (CIO). Lors d’un entretien téléphonique lundi avec l’AFP, le président du comité de coordination du CIO pour les JO-2020, a affirmé que les Jeux […]

The post Les JO de Tokyo auront lieu “même avec le Covid” ! appeared first on Sport.fr.

]]>

Les Jeux olympiques de Tokyo, reportés à 2021, se dérouleront l’an prochain et seront ceux qui “ont vaincu le Covid”, a assuré lundi John Coates, le vice-président du Comité international olympique (CIO).

Lors d’un entretien téléphonique lundi avec l’AFP, le président du comité de coordination du CIO pour les JO-2020, a affirmé que les Jeux de Tokyo auront lieu “avec ou sans” coronavirus et “débuteront le 23 juillet de l’année prochaine”. “Ce seront les Jeux qui auront vaincu le Covid, la lumière au bout du tunnel”, a-t-il promis. Le thème de ces JO sera celui “de la reconstruction après les ravages causés par le tsunami”, a déclaré John Coates, faisant référence au tremblement de terre et au raz-de-marée qui avaient dévasté le nord-est du Japon en 2011.

Le Japon était très en avance

Les frontières du Japon demeurent actuellement largement fermées aux visiteurs, et beaucoup d’experts doutent que la pandémie soit sous contrôle d’ici l’été prochain. Selon plusieurs sondages récents, une nette majorité de Japonais souhaite un nouveau report des JO, ou leur annulation, en raison du nouveau coronavirus. Mais John Coates assure que le gouvernement japonais “n’a pas du tout renoncé”, à la suite de ce report, en dépit de l'”immense tâche” que cela représente. “Avant le Covid, (le président du CIO) Thomas Bach avait déclaré que c’était les Jeux les mieux préparés que nous ayons jamais vus, les sites étaient presque tous terminés, ils sont maintenant terminés, le village est incroyable, (…) tout va bien”, a-t-il souligné.

Un groupe de travail sur les “contre-mesures”

“Dans certains pays, la situation (liée au coronavirus) sera sous contrôle, dans d’autres non. Nous aurons donc des athlètes venant d’endroits où elle est sous contrôle et d’autres où elle ne l’est pas”, selon lui. La question du nombre de spectateurs autorisés à assister aux épreuves olympiques comme aux cérémonies d’ouverture et de clôture est également à l’étude. Un groupe, composé de responsables japonais et de membres du CIO, s’est réuni pour la première fois la semaine dernière. “Leur tâche consiste maintenant à examiner toutes les contre-mesures qui seront nécessaires pour que les Jeux aient lieu”, a détaillé M. Coates, président de longue date du Comité olympique australien.

Le Japon a déjà investi énormément dans ces Jeux olympiques, dont le buget initial était de 11,5 milliards d’euros, et ce retard inédit ne fait qu’augmenter leur coût. M. Coates a dévoilé que le CIO avait également contribué à cet effort, en injectant “quelque 800 millions de dollars supplémentaires pour soutenir les fédérations internationales, dont les revenus seront amputés cette année, et les comités olympiques nationaux”.

The post Les JO de Tokyo auront lieu “même avec le Covid” ! appeared first on Sport.fr.

]]>
Canal+ dégaine un reportage exceptionnel sur la maternité chez les sportives de haut niveau https://www.sport.fr/medias/canal-degaine-un-reportage-exceptionnel-sur-la-maternite-chez-les-sportives-de-haut-niveau-707583.shtm Thu, 03 Sep 2020 10:28:56 +0000 https://www.sport.fr/?p=707583 Le magazine de Canal “Sport Reporter” fait sa rentrée et propose un reportage, “Championne, sa mère ! “, réalisé par Laurie Delhostal, le 12 septembre à 14h25 en clair. Dans « Championne, sa mère ! », Laurie Delhostal s’est intéressée à un sujet tabou : la maternité chez les sportives de haut niveau. Un document […]

The post Canal+ dégaine un reportage exceptionnel sur la maternité chez les sportives de haut niveau appeared first on Sport.fr.

]]>

Le magazine de Canal “Sport Reporter” fait sa rentrée et propose un reportage, “Championne, sa mère ! “, réalisé par Laurie Delhostal, le 12 septembre à 14h25 en clair.

Dans « Championne, sa mère ! », Laurie Delhostal s’est intéressée à un sujet tabou : la maternité chez les sportives de haut niveau. Un document de 30 minutes pour faire le tour de la question qui fâche : devenir mère est il synonyme de fin de carrière pour les sportives de haut niveau?

Pour ce Sport Reporter, Laurie Delhostal est partie à la rencontre de celles qui ont gagné après la naissance de leur bébé, celles qui tentent de revenir, mais aussi celles qui n’ont pas réussi ou celles qui doutent. Estelle Mossely, Siraba Dembélé, Mélina Robert-Michon, Sarah Ourahmoune, Eugénie Le Sommer, Ayodele Ikuesan et Valérie Nicolas confient leurs parcours avec sincérité et émotion.

The post Canal+ dégaine un reportage exceptionnel sur la maternité chez les sportives de haut niveau appeared first on Sport.fr.

]]>
Nike lance une gamme pour femmes enceintes (by Women Sports) https://www.sport.fr/omnisports/nike-lance-une-gamme-pour-femmes-enceintes-by-women-sports-707473.shtm Wed, 02 Sep 2020 16:50:38 +0000 https://www.sport.fr/?p=707473 Le géant américain du sportswear lance « Nike M », une nouvelle gamme de vêtements spécifiquement conçus pour les femmes enceintes. L’équipementier Nike ne cesse d’innover pour répondre aux attentes de toutes les sportives. Après le hijab technique conçu pour accompagner la pratique des athlètes de confession musulmane, le géant américain s’intéresse à présent aux […]

The post Nike lance une gamme pour femmes enceintes (by Women Sports) appeared first on Sport.fr.

]]>

Le géant américain du sportswear lance « Nike M », une nouvelle gamme de vêtements spécifiquement conçus pour les femmes enceintes.

L’équipementier Nike ne cesse d’innover pour répondre aux attentes de toutes les sportives. Après le hijab technique conçu pour accompagner la pratique des athlètes de confession musulmane, le géant américain s’intéresse à présent aux femmes enceintes. Avec sa nouvelle gamme « Nike M » (pour « Maternity », ndlr), Nike souhaite offrir aux futures mamans des vêtements confortables et adaptables aux évolutions de leur corps tout au long de la grossesse.

Pour lancer cette collection spéciale, la marque à la virgule a collaboré avec une trentaine de sportives enceintes ou ayant récemment accouché, notamment la nageuse espagnole Ona Carbonell ou encore la célébre golfeuse américaine Michelle Wie. « Plus nous écoutions les futures mères et les mères post-partum, plus nous apprenions, retravaillions et innovions grâce à un design inclusif », explique dans un communiqué Carmen Zolman, Nike Senior Design Director.

Cette nouvelle gamme comprend quatre vêtements spécifiques : un pull, un legging, un t-shirt et une brassière. Elle sera disponible à partir du 17 septembre prochain sur le site nike.com.

Women Sports

The post Nike lance une gamme pour femmes enceintes (by Women Sports) appeared first on Sport.fr.

]]>