Près de 2.262. L’Agence mondiale antidopage (AMA) 2.262 échantillons dans l’ancien laboratoire de Moscou pour les faire analyser hors de Russie. Le but est de poursuivre l’enquête sur le système de dopage institutionnel en place dans le pays entre 2011 et 2015.

Une équipe de cinq personnes a réussi à extraire 2.262 échantillons du  laboratoire, qui avaient été divisés en échantillons A et B et contenus dans 4.524 flacons“, a annoncé l’agence dans le communiqué,  en précisant que “tous les échantillons ciblés par le service Renseignements et enquêtes avant la mission ont été localisés et extraits avec succès“. Cela fait partie d’une étape importante du processus de réintégration de l’Agence russe antidopage à la liste des signataires conformes au Code mondial antidopage. Pour qu’elle puisse espérer la réintégrer, l’AMA a obligé l’ancien laboratoire de Moscou, à mettre à disposition des données et échantillons, d’ici le 30 juin 2019. “Ces échantillons serviront à renforcer les procédures contre des sportifs qui pourraient avoir triché, ou pourraient exonérer des sportifs qui n’ont pas commis de violation des règles antidopage“, a précisé Günter Younger, directeur du service Renseignements et enquêtes de l’AMA.

 

En début d’année, Moscou avait déjà rempli une première condition pour la réintégration de l’agence, en ouvrant son ancien laboratoire pour que l’AMA puisse récupérer des données électroniques. Entre 2015 et 2016, la Russie a été à l’origine d’un des plus grands scandales de l’histoire du sport, après la découverte d’un système de dopage institutionnel, qui a pu toucher plus d’un millier de sportifs, dans une trentaine de disciplines. La Rusada a, pour la peine, été suspendue pendant trois ans par l’AMA.

 

Vanessa Maurel