En pleine crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus, le patron de l’Agence mondiale antidopage Witold Banka a tenu à envoyer un message clair à l’ensemble des Fédérations.

Face à l’épidémie de Covid-19 et aux mesures de confinement qui en ont découlé, plusieurs pays comme le Canada ou la Russie ont pris la décision de suspendre leurs contrôles antidopage. Interviewé par l’AFP à ce sujet, Witold Banka, le président de l’AMA (Agence mondiale antidopage), assure pour autant que cette pandémie ne doit pas servir « d’opportunité pour tricher ».

 Il assure que « les tests ne sont pas l’unique arme dont nous disposons, nous en avons d’autres, puissantes. Il y a le passeport biologique de l’athlète, il y a l’analyse à long terme des échantillons et le renseignement. Le passeport biologique est un outil utile pour établir le profil (hématologique et endocrinien) des athlètes. Les sportifs sont d’ailleurs toujours obligés de nous dire où ils se trouvent même si nous ne pouvons pas aller les tester. Ils ne doivent pas s’imaginer que c’est l’occasion de tricher. Le cas échéant, les agences antidopage déploieront leurs armes pour les attraper », prévient-il.