David Douillet est candidat à la présidence du Comité olympique et sportif français (CNOSF) contre l’actuel patron de l’olympisme français Denis Masseglia. Il a annoncé sa candidature ce mercredi matin dans un entretien au quotidien sportif L’Equipe.

C’est un processus qui a commencé il y a deux ans lors de discussions avec Denis Masseglia, a expliqué le député (LR) de la 12e circonscription des Yvelines. Ça va bien au-delà de ma propre personne. Je ne me présente pas contre Denis ou contre Isabelle (Lamour), mais pour que le sport français soit considéré à sa juste hauteur, a ajouté le conseiller régional d’Ile de France dans le quotidien l’Équipe. La présidente de la Fédération française d’escrime Isabelle Lamour réfléchit également à une candidature. Ce n’est pas un objectif personnel, assure le double champion olympique de judo. Accéder à la présidence n’aura d’utilité et de sens que si le projet pour sauver le sport français est mis en œuvre tel que je le pense. Parce qu’il s’agit bien de sauver le sport français, compte tenu des années à venir, des restrictions budgétaires à tous les niveaux.

Denis Masseglia préside le CNOSF depuis 2009. Il a annoncé fin septembre se présenter à sa propre succession . L’élection est le 11 mai, alors que la France espère obtenir l’organisation des Jeux en 2024, dont le vote de la ville hôte est programmée en septembre à Lima au Pérou. Cette candidature va bien, elle est bien partie pour gagner, et ce n’est pas une élection à la tête du CNOSF qui va venir perturber ou fragiliser ce qui se passe au GIP 2024, estime David Douillet.

NP