Elles sont de véritables pionnières dans leur domaine. À l’occasion de la Journée internationale du sport féminin (créée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel en 2014 et célébrée depuis le 24 janvier), nous vous proposons de découvrir le profil de cinq femmes qui ont changé le cours de l’histoire du sport féminin ! By Women Sports.

1. On dit merci qui ? 

Merci Billie Jean King !Si le tennis est le premier sport à rémunérer autant les femmes que les hommes, c’est grâce à Billie Jean King. En septembre 1973, elle décide de se confronter à Bobby Riggs, dans l’Astrodome de Houston, pour un premier duel masculin/féminin. Et, à la grande surprise des quelque 50 millions de téléspectateurs américains, c’est bel et bien la jeune femme qui remporte le match 6-4, 6-3, 6-3. La prise de conscience du tennis mondial est immédiate. L’US Open décide la même année d’égaliser les prize money entre les hommes et les femmes. 

(Photo by Yorick Jansens / Belga / Icon Sport)

2. En parlant de prize money… 

Ashleigh Barty a battu tous les records ! Cette saison 2019, la joueuse de tennis australienne est devenue la première femme à monter sur le podium des joueurs et joueuses les mieux rémunérés. Avec 11,3 millions de dollars de gains, elle figure derrière Rafael Nadal (16,3 M$) et Novak Djokovic (13,2 M$), mais devant Roger Federer (8,1 M$). 

(Photo by Xinhua / Sipa USA / Icon Sport)

3. Violet Palmer 

La figure de l’arbitrage féminin en NBA ! Elle a révolutionné l’image de la femme dans le sport féminin et notamment dans le basket en devenant, en 1997, la première femme arbitre de la NBA, le plus gros championnat de basket au monde. Charles Barkley, ancien grand joueur, avait d’ailleurs déclaré, avant de s’excuser : « Je ne pense pas que les femmes devraient être dans l’armée et je ne pense pas qu’elles devraient être les arbitres de la NBA. » Depuis, six autres femmes ont succédé à ce rôle, dont deux en 2018 (Ashley Moyer-Gleich et Natalie Sago). 

4. Bobbi Gibb

Frauder pour mieux triompher. Il y a tout juste 50 ans, les femmes ne pouvaient pas disputer de marathon. Mais c’était sans compter sur quelques « rebelles sportives » qui ont donné la possibilité à des milliers d’autres femmes de le pratiquer librement depuis lors. Bobbi Gibb fait partie de ces pionnières. C’est en 1966, à l’âge de 23 ans, que l’athlète s’est incrustée dans le groupe de départ au milieu des hommes du marathon de Boston. Grâce à cette fraude passée inaperçue du côté de la sécurité, Bobbi Gibb est devenue la première femme à être finisher de la compétition. L’année suivante, Kathrine Switzer a, elle aussi, fait part d’un beau stratagème pour pouvoir courir le marathon de Boston. Elle a utilisé ses initiales pour s’inscrire, et est ainsi devenue la première femme à participer avec un dossard. 

5. Zéro limite ! 

Manon Rhéaume, seule femme à avoir joué avec une équipe de NHL (plus grosse ligue de hockey sur glace au monde). Le 23 septembre 1992, la gardienne a eu la responsabilité de garder les cages de Lightning de Tampa Bay lors d’un match préparatoire contre les Blues de Saint-Louis. Sur 9 shoots à son encontre, Manon Rhéaume en a repoussé 7. C’est le seul et unique match qu’elle disputera dans cette ligue, et la seule femme à l’avoir fait. Bravo et merci !