Beaucoup l’ont oublié, mais Chicago avait été en lice pour organiser les Jeux olympiques de 2016, finalement attribués à Rio. Une décision qui est restée en travers de la gorge de Barack Obama, le président des Etats-Unis.

Dans quelques semaines, Barack Obama ne sera plus au pouvoir. Alors le président des Etats-Unis peut oublier, un peu, sa réserve de chef d’Etat et se laisser aller à des confidences. Il revient ainsi sur la mise à l’écart de Chicago lors de l’attribution des JO 2016. Le président américain estime ainsi que les décisions du Comité international olympique (CIO), comme celles de la Fédération internationale de football (FIFA), sont un peu truquées. Evoquant le processus d’attribution des jeux Olympiques de 2016, pour lesquels Chicago, son ancien fief politique, était en lice, il exprime ses doutes. Une délégation extrêmement bien préparée était partie à Copenhague pour faire une présentation et Michelle était avec eux, raconte-t-il dans cet entretien accordé fin août au New York Magazine, mais diffusé seulement maintenant. J’ai reçu un appel (…) me disant que tout le monde pensait que si je me rendais sur place nous aurions une bonne chance de l’emporter et que cela pourrait valoir la peine de faire un aller/retour sur une journée, poursuit-il. Je me suis donc rendu sur place. Nous avons compris par la suite que les décisions du CIO étaient similaires à celles de la FIFA: un peu truquées, ajoute-t-il, convaincu que, selon tous les critères objectifs, la candidature américaine était la meilleure.

La défaite de Chicago avait été un échec pour Barack Obama, moins d’un an après son arrivée à la Maison Blanche. Rio de Janeiro avait finalement été choisie pour accueillir les Jeux, et, facteur aggravant, Chicago avait été la première des quatre concurrentes à être éliminée avec 18 voix seulement (sur 94 suffrages exprimés). A Copenhague, Rio avait devancé Madrid lors du dernier tour.