La moisson a été bonne pour la délégation française à Berlin. Florent Manaudou s’est offert sa deuxième médaille d’or des Championnats d’Europe en enlevant le 50 m papillon alors que Jérémy Stravius a pris l’argent sur 100 m dos. Matthieu ajoute son bronze au tremplin à 1 mètre.

Florent Manaudou est le premier athlète de ces championnats à décrocher 2 médailles d’or. La veille, il avait remporté le 4×100 m libre. Il est une nouvelle fois pas monté seul sur le podium mardi. Il a partagé la victoire avec le Belarusse Yauhen Tsurkin, les deux nageurs signant le même chrono vainqueur de 23 secondes. Manaudou s’est pourtant réjoui de son premier titre continental individuel sur une distance qui n’est pas prioritaire (car non olympique) mais n’a pas apprécié sa course. Je voulais passer sous les 23 secondes, battre le temps de Fred (Bousquet, le père de sa nièce) l’an dernier, des trucs comme ça mais le titre me va bien, a dit Manaudou. Ces 2 médailles d’or ne sont que des hors-d’oeuvres pour le sprinteur de 23 ans, venu pour le titre sur 100 m libre, la distance-reine qu’il apprivoise cette saison et sur laquelle il s’alignera en séries jeudi. Et samedi, le champion olympique du 50 m libre à Londres sera le grand favori de l’aller simple dans le bassin à Berlin. Il me reste 5 jours de course, dont mes 2 courses les plus importantes. J’attends la fin de ces championnats pour exploser de joie si ça se passe bien jusqu’à la fin. L’objectif en venant est de tout gagner, je ne sais pas si c’est un rêve ou si ça peut devenir une réalité, a conclu Manaudou.

Jérémy Stravius, lui aussi sacré dans le relais 4x100m, était venu pour l’or sur
100 m dos, son épreuve-chérie. Mais le Britannique Christoph Walker-Hebborn a joué les perturbateurs. Il s’est imposé en 5332 avec 32 centièmes d’avance sur Stravius (53.64). Deuxième, c’est le niveau que j’ai cette année. C’est mon meilleur temps de la saison, a souligné le nageur polyvalent, qui attend toujours un premier titre individuel (en 2011 il avait dû partager la couronne mondiale avec Camille Lacourt, forfait en raison d’une blessure). Le nageur de 26 ans peut encore réaliser son rêve sur 50 m dos.

Yannick Agnel, éliminé des les séries du 400m et sorti du relais, a assuré
comme il a pu sa qualification pour la finale de sa distance fétiche, le 200 m
libre, qu’il nagera mercredi. Champion olympique et du monde sur la distance, Agnel a sauvé sa place pour la finale avec le 7e temps des demies (1:47.90), dont le meilleur chrono a été réalisé par l’Allemand Paul Bierdermann (1:46.89). Je tente, je donne tout ce que j’ai. Ca va être une semaine très
compliquée, je suis en train de serrer les dents
, a dit Agnel, parti vite
mais qui a eu toutes les peines du monde à conclure la course. Entraîné depuis plus d’un an aux Etats-Unis par Bob Bowman, le mentor de Michael Phelps, Agnel a imputé ses difficultés à un travail acharné qu’il n’avait encore jamais fait avec le coach américain.