S’il est possible de voir des matches de NHL sur les antennes de Canal +, la place du hockey sur glace français dans le PAF se résume en un mot : néant ! Et quand un petit match est enfin programmé, c’est vite fait et même pas bien fait !

 

Un exemple ? Remontons en arrière, au moment de la finale de la Coupe de France de hockey sur glace qui a lieu, comme chaque année, à l’AccorHotels Arena à Paris. Cette fois, petite nouveauté, les demi-finales ont lieu ici aussi, le samedi 16 février. La Chaine l’Équipe s’engage à diffuser en direct –mais en streaming, n’abusons pas non plus– sur son site, les deux matchs de la journée. Le coup d’envoi du premier entre Amiens et Strasbourg est donné à 13h30. Pourtant, à cette même heure, le streaming affiche un écran noir. À 13h45, écran noir. 14h, écran noir. Le streaming démarre au milieu du deuxième tiers-temps, soit à la moitié du match.

Bon, l’erreur est humaine après tout. Mais continuons sur le même événement, et regardons la programmation du lendemain, à savoir la programmation de la finale. Dimanche 17 février 19h35 – Finale de hockey sur glace GRENOBLE – ROUEN. Ok, match programmé, tout va bien… Enfin jusqu’à ce qu’on se rende compte que ni Grenoble, ni Rouen ne jouent les demi-finales –et donc– encore moins les finales…

Comme si cet événement n’avait pas d’importance, comme si le hockey passait après, comme si personne ne s’y intéressait. Et oui, les bourdes, bizarrement, ça n’arrive pas quand il s’agit de football. Pourtant, en France, le hockey représente 21 468 licenciés (chiffres de 2017 de la FFHG), contre moins de 1000 pour le biathlon par exemple, qui a des plages horaires de diffusion incroyables.

 

Luc Tardif monte au créneau

Et puis, vient le temps des playoffs, notamment de la Synerglace Ligue Magnus (championnat français). Là encore, tout se déroule sans la moindre médiatisation télévisuelle, pas même un des sept matchs de finale entre les Bruleurs de Loup de Grenoble et les Dragons de Rouen. Rien n’est diffusé. Pas un seul ! Pour le plus gros événement de hockey sur glace en France. Un désarroi le plus complet pour les supporters, mais aussi pour Luc Tardif, Président de la Fédération Française de Hockey sur glace, qui a annoncé qu’il cessera le contrat de diffusion avec l’Équipe dès la saison prochaine.

Audiences problématiques

Mais le problème, comme le Président le précise, reste les audiences. Si on ne peut pas s’en prendre à la Chaine l’Équipe là-dessus, qui diffuse sûrement ce que la majorité des gens veulent voir, on peut s’en prendre à tout un système. La plupart des personnes en France ne connaissent pas les règles de hockey sur glace et ne s’y sont jamais intéressés plus que ça… parce qu’on ne leur montre jamais la discipline ! C’est un cercle vicieux. Mais la solution est peut-être tout simplement que des chaines dites « 100% sport », et il y a l’embarras du choix en France, diffusent de tous les sports, et même les « dits mineurs ». Plutôt que de diffuser toujours plus de football, parfois jusqu’à des divisions obscures, pourquoi ces chaînes ne tenteraient pas l’originalité en diffusant la crème du hockey français ?

Les résultats

Vrai faux problèmes. On entend souvent dire que les sports diffusés sont ceux dans lesquels il y a un vrai bon niveau. Faux. Pourquoi ne voyons-nous pas plus de handball français sur les grandes chaînes, alors ? Les Experts sont tout de même 6 fois champions du monde… Et puis, pour revenir au hockey, savez-vous que pour la première fois de l’histoire de ce sport, l’équipe de France féminine jouait le mondial élite en Finlande ce mois-ci ? Non. Et il était impossible de trouver les images du moindre match des Bleues dans la compétition, sur l’une de nos si nombreuses chaînes de télévision…