Trois mots suffisent pour décrire la personnalité de Philippe Croizon : simple, drôle et humble. Mais derrière son sourire se cache pourtant un véritable drame. À 26 ans, il est victime d’un terrible accident. Et pour survivre, il n’a pas d’autre choix que de se faire amputer des quatre membres. Un destin auquel il a su faire face avec un incroyable panache, relevant d’impressionnants records comme celui de traverser la Manche à la nage. Rencontre avec un homme pas comme les autres.

Propos recueillis par Vanessa Maurel

Remontons avant ce fameux 5 mars 1994 qui bouscule sa vie à jamais. Philippe Croizon est un jeune homme de 26 ans qui traîne loin des salles de sport et tout autre type d’activités qui pourraient s’avérer sportives. « Je préférais largement rester sur le canapé à gueuler sur les joueurs et athlètes à la télévision, bière et chips en mains », s’amuse-t-il. Pourtant, le sport devient très vite primordial dans sa reconstruction. Le 5 mars 1994, alors qu’il s’apprête à démonter son antenne de télévision, Philippe Croizon, 26 ans, est touché par une ligne électrique de 20 000 volts. À son arrivée à l’hôpital, les médecins sont catégoriques : s’il veut survivre, il doit être amputé de ses quatre membres. Un chamboulement de vie sur lequel il rebondit instantanément. « Je me suis dit que je devais continuer de vivre pour mes deux enfants, Jérémy et Grégory, et pour moi-même. » Sur ce lit d’hôpital, au moment où il allume la télévision sur la chaîne France 3, Philippe tombe sur un reportage d’une jeune fille qui traverse la Manche à la nage. « Je me suis dit pourquoi pas moi ? » L’idée germe dans un coin de sa tête pendant 10 ans, jusqu’à ce qu’il se jette littéralement à l’eau et qu’il devienne un sportif accompli. « J’ai bien évidemment eu très peur mais une fois que l’aventure était lancée je ne comptais plus faire marche arrière. » Il s’entoure d’une équipe de choc, avec qui il réussit l’exploit. « Je tiens vraiment à dire que tout ce qu’on accomplit, c’est ensemble. C’est d’ailleurs ça, la leçon. J’ai compris que demander un coup de main n’était pas un déshonneur, bien au contraire. La solidarité fait des miracles. »

Des tonnes d’objectifs réalisés, dont celui de France Accessibilité ! 

Et c’est comme ça que Philippe se lance dans des tas de défis, toujours plus fous les uns que les autres, avec une seule devise : rien n’est impossible. « Les seules barrières que l’on se fixe sont nos peurs ! » Avec cette positivité qui le caractérise, il relie ainsi les 5 continents à la nage, bat le record de profondeur de plongée pour un amputé des quatre membres en touchant le fond à 33m, prend part au Rallye Dakar 2017… Bref, un acharné. Son dernier défi : la descente des gorges de l’Ardèche, avec France Accessibilité, chez qui il est devenu l’Ambassadeur le mois dernier. « Nous avons clairement les mêmes valeurs. Quand je vous parle de solidarité, ils en sont l’essence même. Les petites entreprises doivent être soudées pour satisfaire leurs clients et persister face à des monstres comme Amazon qui raflent tous les marchés. » Et ces fameuses valeurs, il les a partagées avec France Accessibilité tout au long de la compétition de la descente des gorges de l’Ardèche. Parmi les trois bateaux en compétition, des personnes « capables autrement », mélangées à des personnes « valides », dont les deux fils de Philippe. « C’était rock & roll ! Je ne m’attendais pas à que ce soit aussi physique. Après 2h30 de descente, j’avais mal partout ! Mais on a pu prouver à tout le monde qu’ensemble, c’était possible. »

« Pas de bras, pas de chocolat »

L’autre immense qualité de Philippe Croizon , c’est l’humour ! Il a écrit plusieurs livres sur sa vie, donc celui-ci : « Pas de bras, pas de chocolat ». Remise au gout du jour par le film Intouchable, cette expression inspire particulièrement le sportif. « Dans ce livre, je démocratise le mot « handicap », et je recense toutes les vannes des gens qui se foutent de moi, que ce soit sur internet ou partout ailleurs. En clair, je raconte la vie et les anecdotes de 24 ans d’une personne capable autrement. Je me fends la gueule avec de l’autodérision. » C’est d’ailleurs dans cette optique que Philippe Croizon est en train de mettre sur pied un One Man Show aux côtés de Jeremy Ferrari. Un spectacle qui verra le jour pour automne 2020 et qui promet de belles surprises…


5 questions à Philippe Croizon

– Quel est votre plus beau souvenir ? 
“Mon meilleur souvenir c’est demain, tout simplement parce que j’ai encore plein de trucs à vivre. Après le plus beau des plus beaux pour l’instant c’est évidemment la traversée de la Manche où une centaine de personnes me cherchent et ce sont mes deux petits gars qui me retrouvent. Clairement, c’est le sport qui m’a ramené à la vie. C’est ça qui a fait que je suis l’homme d’aujourd’hui”.

– Quelle est votre devise ?
“Tout est possible”.

– Quelle est votre chanson du moment ?
“Suivre le soleil de Vanille, la fille de Julien Clerc en boucle. J’adore ! Pour ces jours d’hiver c’est top car cela nous ramène en été”.

– Quelle est la chanson inavouable de votre playlist ?
“J’aime bien Michel Fugain, fait comme l’oiseau !”

– Quel est votre plat favori ?
“La raclette ! Enfin, tous les plats de montagne qui rassemblent du fromage et de la charcuterie !”

Pour en savoir plus sur Philippe Croizon – son site web : philippecroizon.com