Alors que ce samedi le président du club de Nantes accompagné de certaines de ses joueuses ont assuré que les tests de grossesses avaient été réalisés en leur pleine conscience, certaines handballeuses du club ont décidé de contre-attaquer et raconter leur version des faits via une lettre ouverte.

Objet : Lettre ouverte des joueuses dans le cadre de l’affaire des tests de grossesse sanguins

Nous, joueuses professionnelles du NAHB, souhaitons que soit connue notre version de l’histoire, à travers de cette lettre ouverte.

Avant toute chose, nous souhaitons préciser que vendredi, la moitié de l’équipe a délibérément refusé d’assister à la conférence de presse du club, par désaccord avec la version qui allait être exposée, et que d’autres joueuses présentes à la conférence n’étaient pas non plus en accord avec celle-ci.

Nous précisons également que nous ne voulons attaquer personne en particulier. Nous ne souhaitons pas non plus que le médecin en qui nous avons confiance, perde son travail.

Nous souhaitons seulement dire que nous, signataires de cette lettre ouverte, n’avons pas été spécifiquement informées que les bilans biologiques que nous sommes allées faire, comprenaient un test de grossesse sanguin.

Ce n’est pas notre rôle de savoir si c’est illégal ou non, mais nous aurions simplement voulu être informées au préalable et avoir pu donner notre consentement.

En dénonçant cette pratique, nous souhaitons qu’une prise de conscience s’effectue pour qu’aucune autre joueuse, pour qu’aucune autre femme n’ait à vivre ça de nouveau dans le cadre de son travail, qu’elle soit sportive ou non.

Nous souhaitons désormais nous concentrer sur le reste de la saison sportive et sur les objectifs fixés par notre club.

Lettre ouverte signée par 6* joueuses professionnelles du NAHB.

*Moitié de l’effectif professionnel actuel

L’identité des signataires est protégée afin de ne pas exposer les joueuses qui ont eu le courage de partager leur version de l’histoire.
L’AJPH est en possession des confirmations de signature des joueuses.