A six mois de l’organisation du Championnat du monde de handball, dont le tirage au sort vient d’avoir lieu, le Qatar s’affaire. L’émirat fonde de grands espoirs dans l’organisation de ce tournoi, premier championnat du monde d’un sport collectif organisé sur son sol, dans sa capitale, Doha, et qui doit lui permettre de prouver son savoir-faire.

Le Qatar terre de handball ? En 2011, lors de la désignation de l’émirat, au nez et à la barbe de la France, la surprise était la même que lorsque la FIFA a désigné le Qatar pour organisé la Coupe du monde 2022. Depuis, Doha mène d’intenses travaux pour se doter d’équipements dernier cri, susceptibles de faire pâlir de jalousie les plus grandes nations de handball.

En à peine plus d’un an, un complexe ultra-moderne est sorti de terre. Situé à une dizaine de kilomètres du centre de Doha, l’équipement jouxte le stade de football de Lekhwiya. Doté d’une salle principale d’une capacité de 5.500 places, de deux terrains d’entraînement, d’un centre médical, d’une piscine et d’une salle de fitness, cette arena doit servir de siège à la fédération qatarienne de handball. Elle fera aussi office de camp de base pour toutes les sélections du pays, disposant d’une soixantaine de chambres et de restaurants. Les travaux doivent s’achever au plus tard début septembre afin de tester la salle lors du Super Globe, la Coupe du monde des clubs (7-12 septembre).

Outre le futur siège de sa fédération, le Qatar s’appuiera sur trois autres sites pour accueillir le mondial. Déjà existant, l’Aspire Dome, où les joueurs du PSG Handball effectueront leur préparation d’avant-saison en août, pourra contenir 5.000 spectateurs. Situé aussi au sud-ouest de Doha, le futur complexe d’Al-Saad, encore en travaux, disposera d’une capacité de 7.700 sièges. Prévue pour être achevée en septembre, cette salle modulable pourra se transformer en moins de 48h en patinoire pour accueillir une rencontre de hockey sur glace ! A Lusail, à une vingtaine de kilomètres au nord de la capitale, se trouvera la salle la plus grande. Terminée en principe en octobre, elle doit accueillir, grâce à ses 15.300 places, la finale ainsi que les cérémonies d’ouverture et de clôture du tournoi en janvier prochain.

Malgré ses salles ultra-modernes et ses hôtels de luxe, le défi du Qatar est immense : attirer un maximum de supporteurs. Il n’est pas garanti que ces derniers feront le voyage en masse dans un pays où, même si la chaleur sera plus supportable en janvier (environ 25 degrés), les attractions touristiques resteront, elles, limitées.
Les groupes

Groupe A :
Espagne, Slovénie, Qatar, Biélorussie, Brésil, Chili.

Groupe B :
Croatie, Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Autriche, Tunisie, Iran.

Groupe C :
France, Suède, Algérie, République tchèque, Égypte, Émirats arabes unis.

Groupe D :
Danemark, Pologne, Russie, Argentine, Bahreïn, Allemagne.