Ce samedi a lieu le quart de finale aller de la Ligue des champions opposant le Paris Saint-Germain à Kielce, en Pologne. Un match très important pour les Français qui entrent dans “le vif du sujet”.

À l’approche du sprint final, Luka Karabatic “sent l’excitation monter“. Presque intouchable depuis le début de la saison, le PSG espère bien continuer sur cette lancée pour espérer obtenir son ticket pour le Final Four de Cologne qui aura lieu le 1er et le 2 juin prochain, pour la quatrième année d’affilée.  Tout semble en bonne posture. L’effectif est au complet, et le titre national -presque- acquis. Mais justement, le but maintenant va d’être de ne pas se projeter trop vite, et de penser que tout est fait. “C’est un match piège. Chaque année, on nous dit dès le début de la saison ‘Rendez-vous au Final Four!’ mais c’est très loin d’être acquis. Les fois précédentes, on a dû lutter et se bagarrer. On est tous assez  expérimentés pour le savoir“, explique Karabatic.
Les Parisiens vont jouer contre une équipe qu’ils connaissent déjà. Kielce les avait privés de la finale, en 2016,  avant d’aller décrocher le titre à la surprise générale.

Une équipe adverse dangereuse

C’est une équipe qui reste très dangereuse et qui se renouvelle à chaque fois autour d’un grand entraîneur. Elle peut faire déjouer n’importe qui dans une salle où il est compliqué d’évoluer. On est très prudents“, déclare Luka Karabatic, citant le Croate Luka Cindric et l’Espagnol Alex Dujshebaev, le fils de l’entraîneur adverse, parmi les principaux dangers. “Mentalement, l’approche de cette fin de saison est un peu différente par rapport à l’année dernière où on a été sous pression jusqu’au bout“, reconnaît Luka Karabatic, qui n’a perdu que deux matchs à enjeu en club cette saison, un en Ligue des champions chez les Hongrois de Szeged et l’autre en quart de finale de la Coupe de France à Montpellier.