Ambassadeur de l’Association Française de FootGolf, Sylvain Wiltord est revenu sur sa passion pour ce nouveau sport qui compte désormais près de 800 pratiquants en France. Vendredi 3 octobre la grande finale de la FootGolf CUP 2014 se déroulera sur le Golf de Bellefontaine en région parisienne.

Comment êtes-vous arrivés au footgolf ?
Lors de la première, ils avaient invité pas mal de VIP. C’est là que j’ai pris contact avec Romuald Pretot, le Président de l’Association Française de FootGolf. On m’a ensuite demandé si je voulais m’impliquer plus et j’ai accepté. J’ai donc participé à plusieurs compétions, en binômes (ndrl : chaque joueur tape le ballon l’un après l’autre) et en individuel. Mais j’avoue qu’en binôme c’est parfois frustrant si votre partenaire n’est pas aussi bon que vous. Tous les joueurs ne sont pas des anciens footballeurs pros (rires).

Etiez-vous joueur de golf à la base ?
On me le demande tout le temps (rires) ! Mais pas du tout, je ne suis pas arrivé au footgolf par le golf. Mais c’est vrai qu’il y a plusieurs similitudes, notamment au niveau de la stratégie. Si le golfeur doit déterminer quel club il utilise, nous c’est la partie du pied choisi qui diffère selon la distance et les positions. A deux, trois mètres du trou, on peut par exemple utiliser la semelle pour être plus précis.

Quelles sont les difficultés rencontrées par l’Association Française de FootGolf?
De trouver des golfs qui acceptent de nous recevoir ! C’est pour cela que nous avons un dress-code bien précis pour ne pas faire peur aux golfeurs (rires). Ils ont un peu peur de voir débarquer des footballeurs. Mais au niveau des infrastructures, nous avons juste besoin d’un trou de 50 cm, que l’on fait bien évidemment hors du green. Nous interdisons aussi les crampons pour ne pas abimer le parcours.

Comment jugez-vous les débuts du footgolf ?
Pour le moment, les débuts sont prometteurs. Nous avons fait une tournée en Province, sur 12 parcours différents. Les trois premiers en individuels et en binôme ont été sélectionnés pour participer à la grande finale qui se déroulera vendredi 3 octobre sur le Golf de Bellefontaine. C’est d’ailleurs ouvert à tout le monde et c’est l’occasion pour les gens de découvrir ce nouveau sport. C’est très convivial et on peut discuter avec tout le monde.

En tant qu’ancien footballeur professionnel, êtes-vous forcément au-dessus des autres ?
En France, vu que c’est un sport jeune, souvent oui. Mais certains spécialistes du footgolf néerlandais ou suisses sont vraiment à un niveau supérieur. Les Italiens aussi sont très forts.

Sinon, pour en revenir au football, que pensez-vous du début de championnat ?
Après 8 journées, c’est encore trop tôt pour faire un bilan. Mais j’ai été agréablement surpris par les bons débuts des Girondins de Bordeaux et de l’OM, pendant que le PSG réalisait des débuts vraiment moyens. Je garde aussi un oeil sur mes jeunes Rennais (rires). En fait je suis tous les anciens clubs pour lesquels j’ai joué.

Propos recueillis par Benjamin Feurgard