Contraint à l’abandon après une rupture de freins, Lewis Hamilton laisse son coéquipier chez Mercedes Nico Rosberg, deuxième du GP du Canada, accroître son avance en tête du championnat du monde des pilotes.

Pas de cadeau chez Mercedes. L’écurie, en tête du classement constructeurs de Formule 1, voit ses deux pilotes s’affronter à chaque Grand Prix. Il y a deux semaines, à Monaco, Rosberg avait devancé Hamilton pour prendre la tête du classement. Sur le circuit Gilles-Villeneuve, dimanche, c’est encore lui qui a dominé, même après avoir été dépassé par Daniel Ricciardo deux tours avant la fin de la course. Car Lewis Hamilton a dû abandonner au 47e tour après un problème aux freins arrière, regardant son coéquipier chez Mercedes creuser son trou au classement des pilotes.

Cette nouvelle avance de 22 points (140 contre 118 points pour Hamilton), Nico Rosberg l’apprécie mais tempère sa satisfaction : D’un point de vue personnel, j’accrois mon avance au classement, mais on est conscients que Red Bull travaille dur pour essayer de nous rattraper. (…)Il faut continuer à travailler, car on a eu des problèmes de fiabilité, ça montre qu’on n’est pas à l’abri. Une mise en garde qui résonne avec l’abandon du Britannique, encore trahi par sa monoplace après le premier Grand Prix en Australie.

Lewis Hamilton devra cravacher pour revenir sur Nico Rosberg. Trois ou quatre courses seront nécessaires au champion du monde 2008 afin d’empêcher son coéquipier de filer seul au classement des pilotes. Mercedes pourrait pâtir de cette lutte sans merci, à l’image de ce Grand Prix du Canada, conclu sans Hamilton. C’est décevant pour l’équipe, car une seule voiture a franchi la ligne d’arrivée et notre mission était de faire le doublé car nous avions une voiture très rapide, a regretté Rosberg, désormais solide leader du championnat du monde, loin devant son coéquipier malheureux.

Thibaud Le Meneec