L’annulation du GP de Monaco a des conséquences sur la vie de la Principauté. Initialement programmé ce week-end, le prince Albert II de Monaco fait le point dans les colonnes du Figaro.

“Cela impacte la principauté de manière très significative d’un point de vue économique et social. Le Grand Prix est l’une de nos vitrines. C’est depuis longtemps l’événement phare de l’année en principauté, cela dépasse le simple cadre de la compétition automobile. Je n’aime pas trop le mot, mais c’est devenu un rendez-vous mondain. Toutes les entreprises et sociétés liées de près ou de loin au monde du sport automobile invitent leurs clients ici. C’est tout un ensemble d’activités autour de cet événement qui se trouve impacté”, a expliqué le prince Albert II de Monaco dans une interview accordée au Figaro.

Avant de poursuivre sur l’idée du report du GP de Monaco : “L’idée d’un report a été évoquée bien entendu, mais cela était difficile. Il y a un tel foisonnement d’événements qui, eux, n’ont pas encore été annulés. Nous n’avions pas non plus de visibilité de la part des organisateurs de la F1 ni de la FIA sur une date plus tard dans l’année. Cette course nécessite beaucoup d’aménagements urbains. Nous avons procédé à l’échelonnement de la réouverture de certains chantiers en ville. La réfection de la deuxième partie du quai Kennedy, après la chicane du circuit, n’est pas terminée. Cela va prendre encore quelques semaines.”