La stratégie de Ferrari a été clair pendant cette course : Leclerc ne devait pas passer devant Vettel pour assurer aux deux monoplaces de terminer sur le podium. Un choix de la part des dirigeants de l’écurie qui a permis à Vettel de remporter le Grand Prix. Cependant, le Monégasque n’a pas du tout pris la sanction de la même façon et à terminer deuxième, avec beaucoup de frustration.

J’ai respecté ce qu’on m’avait dit. Je devais ralentir au début pour ensuite pousser. C’est ce que j’ai fait. Mais je ne m’attendais pas à l’undercut de Sebastian (Vettel a pu le dépasser en s’arrêtant aux stands avant lui, ndlr)” a déclaré le pilote monégasque. “Je ne sais pas comment ça s’est passé. Il faut que je regarde les données avant de parler parce que dans ces situations, on est enfermé dans la voiture, on ne voit que sa situation et pas la situation entière. En regardant le positif, on fait premier et deuxième pour le ‘team’ mais c’est évident que je suis déçu pour moi. Je voulais juste faire comprendre que j’étais très mécontent dans la voiture et que ce scénario-là, on ne l’avait pas du tout abordé pendant le ‘meeting’ d’avant-course. Donc c’est toujours un peu frustrant dans la voiture quand ça se passe comme ça. Mais je vais essayer de comprendre pourquoi on a fait ça. Je suis sûr que c’était pour le bien du +team+ et pas contre moi.

De son côté, Max Verstappen, qui s’est classé sur la dernière marche du podium derrière les deux monoplaces rouges, est satisfait de sa course. “J’ai commencé à avoir des difficultés avec mes pneus, du coup je suis rentré aux stands. Ça s’est avéré être un bon choix stratégique car cela nous a permis de dépasser Lewis Hamilton. De manière générale, je suis satisfait  d’être sur le podium.”