Le Grand Prix de Grande-Bretagne ce dimanche a été ponctué de crevaisons. Pirelli a expliqué ce problème.

La deuxième période de neutralisation par la voiture de sécurité a incité 
presque toutes les écuries à anticiper leur arrêt au stand et donc à faire un 
dernier relais particulièrement long: 40 tours environ, soit plus des trois 
quarts de la longueur de la course, sur l’une des pistes les plus exigeantes 
du calendrier
“, explique le manufacturier italien dans un communiqué. “Ceci combiné avec le rythme supérieur des F1 de 2020 (la pole position était plus rapide de 1.2 seconde que celle de 2019) a rendu les derniers tours particulièrement délicats, à cause des forces les plus grandes jamais exercées sur des pneus, générées par les F1 les plus rapides de l’histoire”.

Dans les tous derniers tours du GP, Carlos Sainz (McLaren), ainsi que Valtteri Bottas et Lewis Hamilton (Mercedes), ont subi des crevaisons qui ont chamboulé le classement. “Tout cela a abouti à ce que le pneu avant-gauche (le plus sollicité à Silverstone) soit placé sous un maximum de stress après un très grand nombre de tours, et à ce que son usure importante le protège moins des forces extrêmes qui étaient en jeu“, conclut le fournisseur des pneus de F1. Par conséquent, Pirelli a précisé que pour la deuxième course à Silverstone prévue dimanche prochain, les pneus proposés seront un petit peu plus tendres que ceux de dimanche dernier.