Vainqueur du Grand Prix du Brésil, Nico Rosberg (Mercedes) peut encore prétendre au titre de champion du monde avec 17 points de retard sur son coéquipier Lewis Hamilton.

En une semaine, vous êtes passé de la désillusion à Austin au week-end parfait à Sao Paulo…
Je me suis senti à l’aise tout le week-end dans la voiture. J’ai pris un bon départ, mais j’ai eu du mal pendant toute la course avec les pneus. Pendant mon premier relais, j’ai pu contrôler l’écart avec Lewis, en ménageant mes pneus mieux que prévu, et finalement, j’ai réussi à contrôler cet écart jusqu’au bout. J’ai appris à la suite de ce qui s’est passé à Austin (Hamilton a passé Rosberg au 24e tour) et ça fait du bien, un week-end comme ça, après celui d’Austin. C’était important que je fasse des progrès.

Où en est votre relation avec Lewis Hamilton ?
Lewis est un rival très fort et il a la même voiture que moi. Je sais que c’est une super bataille et c’est fantastique que l’équipe nous traite à égalité. Le plus gros changement, c’est que cette saison nous sommes chassés, au lieu d’être les chasseurs, et ça c’est fantastique. En ce moment, notre relation est neutre. Il y a eu des moments difficiles et c’est très serré. Ca me rappelle il y a 15 ans, quand on se battait en karting. Et on va bien voir qui gagne la prochaine course…