A la moitié de la saison ou presque, quatre petits points seulement séparent Nico Rosberg et Lewis Hamilton au classement général après la victoire de ce dernier à Silverstone. Les deux pilotes Mercedes vont lutter à distance pour le titre.

Sur le podium de tous les Grand Prix depuis le début de la saison, avec trois victoires et cinq deuxième place, Nico Rosberg a fini par craquer. Comme un symbole, son premier abandon pour un problème mécanique a eu lieu à Silverstone, en Grande-Bretagne, chez son rival Lewis Hamilton. Son coéquipier chez Mercedes ne s’est pas privé de profiter de ses déboires pour relancer le Championnat du monde. Les deux hommes ne sont séparés que par quatre petits points, l’Allemand conservant la première place juste devant le Britannique.

C’était une bonne bataille, mais j’étais tout en contrôle jusqu’à mon abandon, c’est pour ça que je suis encore plus déçu, a déclaré Rosberg à Sky Sports, assurant qu’il était confiant quant à une victoire à Silverstone jusqu’à ce que sa victoire ne le lâche. On ne souhaite jamais que son coéquipier abandonne et j’avais hâte de pouvoir  me battre contre lui, roue dans roue, mais on aura à nouveau l’occasion de le  faire dans l’avenir, l’a rassuré Hamilton, pour qui sa victoire est méritée.

Rosberg pas à domicile en Allemagne


Son cinquième succès de la saison lui permet de mettre la pression sur son coéquipier alors qu’il reste encore dix GP à disputer et que le prochain sera celui d’Allemagne, à Hockenheim, le 20 juillet. En fait, je suis à la poursuite de Nico  depuis que j’ai perdu des points en début de la saison (abandon en  Australie), et j’ai dû repartir à la chasse après mon deuxième abandon (au  Canada), donc c’est très difficile, un peu comme un joueur de tennis qui serait  mené deux sets à zéro. Maintenant je peux me reconcentrer sur la deuxième  moitié de la saison, a prévenu Hamilton.

Sur ses terres, Rosberg devra rectifier le tir pour conserver sa première place au classement. Même si, à en croire son rival, celui qui est né en Allemagne d’un père finlandais et qui a grandi à Monaco n’aura pas vraiment l’avantage du terrain. Vous savez, en toute franchise, Nico n’a jamais vraiment grandi en Allemagne, on ne peut donc pas vraiment dire qu’il s’agit de sa course à domicile, a plaisanté le Britannique dans des propos rapportés par The Guardian. Ce n’est pas encore une déclaration de guerre, mais la lutte promet d’être âpre entre les deux hommes d’ici la fin de la saison.