Pour conquérir une deuxième Coupe du monde, l’équipe de France sera passée par tous les états. Après des débuts poussifs en phase de poules, et même très poussifs contre le Danemark (0-0), les Bleus sont montés en puissance au fil de la compétition jusqu’à l’apothéose de la finale remportée contre la Croatie dimanche à Moscou. Retour sur la folle épopée de l’équipe de France en Russie.

France – Australie (2-1) : merci la VAR
Kazan Arena, Spectateurs : 41 279.
Arbitre : Andres Cunha (Uruguay).
Buts – France : Griezmann (58 sur pen.), Behich (81 csc)
Australie : Jedinak (62 sur pen.).

FRANCE : Lloris (cap) – Pavard, Varane, Umtiti, Hernandez – Tolisso (Matuidi, 78), Kanté, Pogba – Mbappé, Griezmann (Giroud, 70), Dembélé (Fekir, 70).
AUSTRALIE : Ryan – Risdon, Sainsbury, Milligan, Behich – Leckie, Jedinak (cap), Mooy, Kruse (Arzani, 84) – Rogic (Irvine, 72) – Nabbout (Juric, 64).

Avec une attaque Mbappé-Griezmann-Dembélé et Giroud laissé sur la banc, les Bleus ont tout pour réaliser un festival offensif. Pourtant, les hommes de Didier Deschamps passent à côté de leur match. Les Français semblent inoffensifs. Finalement, la France s’en sort grâce à un penalty de Griezmann et un but provoqué par Paul Pogba. A chaque fois, l’assistance vidéo vient au secours des Bleus. En quête de certitudes, les Tricolores sont dans le flou.

France – Pérou (1-0) : il faut s’en contenter
IEKATERINBOURG ARENA, 32.789 spectateurs.
Arbitre : M. Mohammed MOHAMED ABDULLA (EAU)
Pour la France : Mbappé (34).

FRANCE : H. Lloris (cap.) – Pavard, Varane, Umtiti, L. Hernandez – N’Golo Kanté, P. Pogba (Nzonzi, 89) – Mbappé (Ous. Dembélé, 75), Griezmann (Fekir, 80), Matuidi – Giroud.
PÉROU : P. Gallese – Advincula, Ch. Ramos, Alb. Rodriguez (A. Santamaria, mt), Trauco – P. Aquino, Yotun (Farfan, mt) – A. Carrillo, Cueva (Ruidiaz, 82), Ed. Flores – P. Guerrero (cap.).

Dans un stade rouge et blanc, les Français affrontent une équipe sud-américaine réputée accrocheuse. Hugo Lloris sauve les siens en première mi-temps. Les Français préfèrent jouer en contre. La première mi-temps est bonne en 4-2-3-1. Deschamps solidifie la défense et remet Girdou à la pointe de l’attaque. Le match est crispant. Mbappé libère la France en marquant l’unique but de la rencontre et l’envoie en huitième de finale.

Danemark – France (0-0) : le pire match du Mondial
À MOSCOU (Stade Loujniki), 78.011 spectateurs.
Arbitre : M. Sandro RICCI (BRÉ),
DANEMARK : K. Schmeichel – Dalsgaard, Kjaer (cap.), M. Jörgensen, J. S. Larsen – A. Christensen, Delaney (Lerager, 90+2) – Braithwaite, Ch. Eriksen, Sisto (Fischer, 60) – Cornelius (Dolberg, 75).
FRANCE : St. Mandanda – Dji. Sidibé, Varane (cap.), Kimpembe, L. Hernandez (Ben. Mendy, 50) – N’Golo Kanté, Nzonzi – Ous. Dembélé (Mbappé, 78), Griezmann (Fekir, 68), Lemar – Giroud.

Didier Deschamps a trouvé son équipe-type contre le Pérou. Pour le dernier match de poules, il fait tourner son effectif. Ce match entre les Tricolores déjà qualifié et le Danemark, qui n’a besoin que d’un point, tourne à la caricature. Malgré les déclarations d’intention d’avant-match, les deux équipes se contentent de conserver le ballon sans prendre de risque. Les remplaçants de l’équipe de France ne saisissent pas leur chance à l’image de Thomas Lemar et Djibril Sidibé. Sans convaincre, l’équipe de France termine première de son groupe et affrontera le deuxième du groupe D en 8e : l’Argentine !

France – Argentine (4-3) : Mbappé éclate au grand jour
À KAZAN (Kazan Arena), 42.873 spectateurs.
Arbitre : M. Alireza FAGHANI
Pour la France : Griezmann (13 sp), Pavard (57), Mbappé (64, 68).
Pour l’Argentine : Di Maria (41), Mercado (48), Agüero (90+3).

FRANCE : H. Lloris (cap.) – Pavard, Varane, Umtiti, L. Hernandez – P. Pogba, N’Golo Kanté, Matuidi (Tolisso, 76) – Mbappé (Thauvin, 88), Giroud, Griezmann (Fekir, 83).
ARGENTINE : F. Armani – Mercado, Otamendi, Rojo (Fazio, mt), Tagliafico – E. Perez (Agüero, 66), Mascherano, Banega – C. Pavon (Meza, 75), Messi (cap.), Di Maria.

Le plus beau match du Mondial ? Des buts splendides, dont la frappe de Benjamin Pavard, du suspens, et surtout le talent de Mbappé qui a éclaboussé tous les observateurs de cette rencontre. A 19 ans, l’attaquant du PSG réussit un doublé et renvoie Lionel Messi dans son pays. La France l’emporte 4-3 dans une rencontre de légende, le mondial a enfin démarré pour la bande à Dédé.

France – Uruguay (2-0) : la force du collectif
à NIJNI NOVGOROD (stade), 43.319 spectateurs.
Arbitre : M. Nestor PITANA (ARG).
Pour la France : Varane (40), Griezmann (61).

FRANCE : H. Lloris (cap.) – Pavard, Varane, Umtiti, L. Hernandez – P. Pogba, N’Golo Kanté – Mbappé (Ous. Dembélé, 88), Griezmann (Fekir, 90+3), Tolisso (Nzonzi, 79) – Giroud.
URUGUAY : F. Muslera – M. Caceres, J. Gimenez, Godin (cap.), Laxalt – Torreira – Nandez (Urretaviscaya, 73), Vecino – Bentancur (C. Rodriguez, 59) – Stuani (Max. Gomez, 59), L. Suarez.

Une rencontre particulière pour Antoine Griezmann qui retrouvait ses amis de l’Atlético Madrid, Godin et Gimenez. Mais le Français ne s’est pas fait prier pour offrir le premier but de la rencontre à Raphael Varane, avant doubler la mise sur une boulette de Muslera. Privé de Cavani, blessé, la Celeste n’a jamais trouvé la solution pour tromper la vigilance d’Hugo Lloris, auteur d’une parade exceptionnelle en toute fin de première mi-temps.

France – Belgique (1-0) : les indestructibles
à saint-pétersbourg (Stadium), 64.286 spectateurs.
Arbitre : M. Andres CUNHA (URU).
Pour la France : Umtiti (51).

FRANCE : H. Lloris (cap.) – Pavard, Varane, Umtiti, L. Hernandez – P. Pogba, N’Golo Kanté – Mbappé, Griezmann, Matuidi (Tolisso, 86) – Giroud (Nzonzi, 85).
BELGIQUE : Th. Courtois – Alderweireld, Kompany, Vertonghen – Chadli (Batshuayi, 90+1), Witsel, Fellaini (Y. Carrasco, 80), Mous. Dembélé (Mertens, 60) – de Bruyne, Lukaku, E. Hazard (cap.).

La Belgique, emmenée par son trio magique Hazard-Lukaku-De Bruyne, espère faire tomber le voisin français. Les Français jouent bas, très bas. Mais les Diables rouges n’ont jamais trouvé la faille malgré une possession de balle largement supérieure aux Bleus. Hugo Lloris a encore une fois été impérial sur sa ligne avant que Samuel Umtiti marque de la tête le but libérateur. Et quand les Diables Rouges réussissent enfin à se frayer un chemin vers la cage française, ils tombent sur un Lloris de nouveau touché par la grâce.

France – Croatie (4-2) : Lire le résumé ici