La mère et conseillère du joueur a accordé un entretien à L’Equipe pour faire le point sur la situation de Adrien Rabiot avec le club de la capitale.

“Il y en a eu plusieurs. La dernière en janvier… Et on lui retire celle-ci au prétexte qu’il n’est pas allé en stage au Qatar (du dimanche 13 au jeudi 17 janvier). Mais sa grand-mère venait de décéder et son père était mourant… On tombe là dans l’abject. On tire sur l’ambulance ! Ma mère est morte le 5 janvier. Elle a été inhumée le 11. Il aurait fallu qu’Adrien parte au Qatar… Et on m’a reproché ensuite de ne pas avoir demandé assez rapidement de le libérer… Et on lui supprime ensuite sa prime d’éthique… Mais c’est sordide. Sor-di-de ! L’équipe est partie le dimanche à Doha. La grand-mère d’Adrien a été inhumée le vendredi. Et si, quand bien même, Adrien était parti au Qatar dès le dimanche, j’aurais été obligée de téléphoner le lundi pour dire au club de le renvoyer rapidement…”, a lâché la maman d’Adrien Rabiot.


Avant de poursuivre : “Dès le lundi matin, je recevais un appel du médecin de l’Hôpital Américain qui me prévenait que la situation du papa d’Adrien était en train de se dégrader fortement. Il m’a dit : “Le père des garçons va très mal. Je pense que c’est la fin…” Comment peut-on lui reprocher et le sanctionner de ne pas être allé au Qatar avec deux décès à vingt jours d’écart en janvier ? Sa grand-mère est morte le 5. Son papa le 25. Et on lui enlève sa prime d’éthique. Mais on est encore plus que dans le sordide ! Il faut oser ! Et on lui a également enlevé les cinq jours de salaire de ce séjour au Qatar. Plus les primes d’éthique de novembre et de décembre…”