C’est l’un des transferts de l’été : Radamel Falcao quitte Monaco pour rejoindre Manchester United. Mais pas sûr que tous les acteurs aient véritablement eu raison de boucler ce deal.

Pour Monaco, la fin d’un projet
Comme James Rodriguez, Radamel Falcao n’aura passé qu’un an en Principauté. Les deux anciens joueurs du FC Porto symbolisaient l’ambitieux projet monégasque, censé concurrencer celui du PSG. Si le club n’a pas perdu d’argent sur ces deux transferts et en a même gagné avec James, vendu pour quasiment le double de son prix d’achat au Real Madrid, ils viennent sérieusement mettre à mal ses ambitions et lui faire perdre en crédibilité. Son effectif, malgré la présence de Dimitar Berbatov, Jérémy Toulalan ou Ricardo Carvalho, ne paraît pas en mesure de rivaliser avec celui du PSG. Difficile également d’imaginer l’ASM rivaliser avec les cadors européens sur la scène continentale. Le changement de stratégie de ses dirigeants russes, plutôt imprévu alors que Dmitri Rybolovlev avait un discours plus ambitieux à son arrivée en décembre 2011, explique pourquoi Falcao a dû quitter le club. Quitte à envoyer un signal négatif.

Pour Radamel Falcao, toujours pas de C1
C’est un secret de Polichinelle : le rêve de Falcao est de jouer au Real Madrid. Sauf que les dirigeants merengues, après avoir déjà sorti le chéquier pour son compatriote James, souhaitaient plutôt recruter un attaquant capable de rester dans l’ombre de Karim Benzema, chose faite avec Javier Hernandez. Alors qu’une clause dans son contrat avec l’Atletico Madrid lui interdisait de rejoindre et que Monaco ne devait n’être qu’un tremplin vers la Maison Blanche, El Tigre s’est trouvé dos au mur à quelques jours de la fin du mercato. Pas intéressé à l’idée de rejoindre la Juventus Turin, pas pisté par Chelsea, qui a déjà recruté Diego Costa, ni Arsenal, pour qui il était trop cher, l’attaquant a été annoncé comme proche de Manchester City. C’est finalement en faveur de l’autre club de la ville du Nord de l’Angleterre qu’il s’est engagé. Il y retrouvera une forte concurrence en attaque avec Wayne Rooney et Robin van Persie, au sein d’une équipe qui ressort d’une saison cauchemar, connait une entame de saison difficile et qui ne disputera même pas de compétition européenne. Vous avez dit choix par défaut ?

Pour Manchester United, beaucoup de questions
10 M€ pour le prêt + 55 M€ à verser obligatoirement à l’issue de la saison pour un transfert définitif + un salaire estimé à près de 430 000€ par semaine, le plus important de l’effectif : Manchester United a mis le paquet pour finaliser l’arrivée de Radamel Falcao. Un risque financier donc, mais également à plusieurs autres niveaux. Huit mois après sa grave blessure au genou qui l’a contraint à déclarer forfait pour la Coupe du monde, le Colombien retrouvera vraiment le niveau qui était le sien à l’Atletico Madrid ? Les dirigeants des voisins de City en auraient douté, ce qui peut expliquer pourquoi ils n’ont pas bouclé ce dossier. Falcao s’adaptera-t-il au jeu rugueux de la Premier League après le Portugal, la Liga ou la Ligue 1 ? Et surtout, comment Louis van Gaal va faire cohabiter El Tigre, Wayne Rooney et Robin van Persie, trois références mondiales à leur poste ? Sans oublier Juan Manuel Mata, Angel Di Maria, Antonio Valencia ou encore Adnan Januzaj dans le secteur offensif. Beaucoup de questions auxquelles il faudra rapidement trouver les réponses pour justifier de l’intérêt de ce transfert pour tous.

F.S