Inattendu dauphin du Paris-Saint-Germain au classement de Ligue 1, le SCO d’Angers réalise un début de saison tonitruant. Cinq victoires, un nul et deux défaites en huit journées. Voilà le bilan de ce début de saison. Miracle ou fruit d’un travail de longue haleine ? Avant PSG – Angers, le point sur la méthode SCO.

Moulin, l’homme de la situation

Pour expliquer ce succès, nous pouvons d’abord entamer par la régularité qui entoure ce groupe. À commencer par l’entraîneur. Stéphane Moulin a pris la tête du groupe en 2011 en Ligue 2. Depuis le coach enchaîne les bonnes performances et jamais Angers n’a vraiment été inquiété par la descente en deuxième division sous ses ordres.

Une gestion financière impeccable

Deuxième point, la gestion financière quasi parfaite. En quatre années, le SCO a vendu Reine-Adélaïde pour 25 millions, Toko-Ekambi pour 18 millions d’euros, Nicolas Pepe pour 10 millions et Flavien Tait pour 9 millions. Du côte des arrivées, les Angevins n’ont jamais fait de folie sur le marché des transferts, l’achat le plus élevé est celui de Crivelli pour 4 millions d’euros. Pour démontrer l’excellent usage de cette manne financière, parlons du recrutement 2019. Le club de Saïd Chabane a fait débarquer Sada Thioub (3,5 millions), Casimir Ninga (3 millions), Mathias Pereira Lage (1,5 millions) et Antonin Bobichon (1,5 millions). Autant d’hommes titulaires dans ce nouveau SCO qui contribuent grandement au succès de l’équipe.

Une Ligue 1 désastreuse

Finalement est-ce que la réussite d’Angers n’est pas en grande partie dûe à la faiblesse de notre championnat. Les équipes comme Lyon, Marseille ou Monaco, censées jouer les premiers rôles, sont complètements irrégulières et décevantes. Aujourd’hui, il est d’ailleurs difficile de prédire le podium de notre championnat tant l’inconstance des équipes phares est criante. Si le PSG (à 50% de ses capacités) surnage la Ligue 1, Angers peut-il jouer les trouble-fêtes et s’inviter sur les plus hautes marches du classement en fin de saison ?

Si le sondage ne s’affiche pas, cliquez ici