Ancien entraîneur emblématique de l’Olympique de Marseille, Éric Gerets ne s’est jamais vraiment sorti le club de la tête. Une folle histoire d’amour, marquée par quelques anecdotes croustillantes.

Après deux belles années à la tête de l’OM, le tacticien Belge a fait ses valises pour l’Arabie Saoudite et le club d’Al-Hilal. Le journal L’Equipe raconte qu’en 2013,« le cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, propriétaire de Lekhwiya et du Paris-SG, évoquera avec lui un poste lié au club de la capitale, et Gerets déclinera, par respect pour “ses” Marseillais. » Une anecdote qui en dit long sur son attachement au club.

« Émotionnellement, ce fut très dur. J’ai vu tellement de gens les larmes aux yeux ! Je n’y ai peut-être pas fait oublier Raymond Goethals, mais j’ai la faiblesse de prétendre que j’y ai laissé le même impact que lui. J’ai été apprécié dans tous les clubs qui m’ont accueilli mais jamais autant qu’à Marseille. Et dire que les gens, là-bas, ne me connaissaient pas ! C’est dingue : ou on t’aime ou on ne t’aime pas. Si on ne t’aime pas, tu as intérêt à ne pas défaire toutes tes valises car tu peux repartir très vite », détaille Eric Gerets devant la presse Belge, au moment de son départ de l’OM.