La joute verbale entre les présidents de l’Olympique Lyonnais et de l’Olympique de Marseille a fait énormément réagir ces derniers jours. Une polémique qui fait doucement sourire le journaliste Denis Balbir, même s’il trouve que Jean-Michel Aulas n’a pas entièrement tort.

« Jean-Michel Aulas et Jacques-Henri Eyraud ont livré une passe d’armes. Le président de Lyon a lancé le débat sur l’éventualité d’une saison de Ligue 1 qui n’irait pas à son terme, prônant la possibilité d’une annulation pure et simple de la saison. Est-ce indécent de la part de JMA ? Je pense simplement qu’il répond à une question d’un journaliste du Monde et donne son avis. On peut être contre, comme la majorité des gens, ou même pour. Personnellement, quand je regarde le classement de Ligue 1, ça me fait sourire. On sait tous que si Jean-Michel Aulas donne cet avis-là, c’est que l’OL est mal classé. Si l’OL était leader du championnat, son discours serait différent. Vu la période que l’on traverse, c’est un peu inopportun de prêcher pour sa paroisse comme ça. La France est frappée par une épidémie de Covid-19 et il faut savoir faire attention à ce qu’on dit. Après qu’on pense déjà à la suite en Ligue 1, c’est un peu normal. Il y a de nombreux enjeux financiers, avec les diffuseurs. Le football est une entreprise logée à la même enseigne que les autres. Aujourd’hui, Jean-Michel Aulas se retrouve seul dans sa croisade. Il a donné une opinion qui, à mes yeux, est mauvaise. Comme cela arrange son club, ses mots ont été stigmatisés. Pour moi, c’est une maladresse de la part de JMA. Que personne ne le suive, ça me paraît bien », tempère Denis Balbir dans les colonnes de But Football Club.