C’est l’heure du Clasico en France entre les deux formations ennemies et le match promet d’être animé et ouvert. Un Classique que ne disputera peut-être pas Dimitri Payet.

 

Vingt-et-une minutes, c’est le temps de jeu cumulé sur les quatre derniers matchs de Dimitri Payet depuis son retour de blessure, le 16 février. Jamais titularisé par son entraîneur, le milieu offensif Marseillais ne parvient pas à retrouver sa place dans le onze de départ de Rudi Garcia. Habituel capitaine de l’OM, le Réunionnais fait désormais office de remplaçant de luxe au sein du club phocéen, et Payet s’est confié sur ce statut inhabituel pour lui en conférence de presse.

“Je ne boude pas car quand une équipe tourne bien, je ne vois pas l’intérêt de la changer. Cela explique ma situation du moment. Le rôle d’un remplaçant c’est d’apporter quelque chose dans le match. Peu importe contre qui, dès que je rentre sur le terrain j’essaye de tirer le meilleur du temps dont je dispose. Bien sûr qu’on a tous envie de jouer le Classique,” lâche Payet.

Ce dernier estime d’ailleurs que l’impact des cadres n’est pas plus limité même si ils sont relégués dans la hiérarchie. “Comme nous ne sommes pas sur le terrain, on a peut-être moins d’impact dans le jeu, mais on voit les matchs de l’extérieur. On a plus de recul. La chance qu’on a c’est qu’on possède plusieurs cadres dans le vestiaire. Cela permet de passer le relais facilement,” estime le joueur phocéen. Avec franchise, le principal protagoniste ne nie pas que le passage sur le banc pour certains cadres demeurait peut-être une nécessité. “Il y a eu un moment où nous les cadres, on était moins efficaces. Il fallait donner la chance à d’autres joueurs et ils ont su la saisir”.

Poussé dans ses derniers retranchements sur son nouveau rôle de remplaçant, Dimitri Payet a fini par sortir de sa réserve sur le sujet, mettant en exergue son esprit de compétiteur.

 

“Je ne suis pas content d’être sur le banc”

 

“Je ne vais pas mentir en disant que je suis content d’être sur le banc. Si l’équipe ne tournait pas, et que je restais sur le banc, bien sûr que je serai mécontent. Mais que voulez-vous que je vous dise ? L’équipe obtient des résultats extraordinaires, c’est normal qu’elle reste en place. Je continue de travailler et j’attends qu’on me donne ma chance,” rétorque l’ancien joueur de West Ham.

Après un Clasico dominé, une fois de plus, par Paris lors de la phase aller, les deux équipes vont se retrouver au Parc des Princes pour en découdre et Marseille va tenter d’enrayer la série négative qu’il vit depuis maintenant 2011. Incapables de gagner face aux Parisiens, les Olympiens aimeraient briser l’hégémonie de leur adversaire et s’offrir un succès de prestige.

Isidore Akouete / Africa Top Sports