À la sortie de la rencontre perdue contre Nantes (0-1), Juninho a livré son ressenti sur la situation du club. Si le directeur sportif de l’OL ne souhaite pas mettre de l’huile sur le feu, il avoue que l’avenir de Sylvinho est compromis.

“Nous tous, on fait partie du staff. Le coach, c’est le premier (à être menacé, ndlr). C’est la loi du foot. Il est sur le banc, il a le dernier mot. Il y a un staff qui est là depuis un bon moment. Quand tu ne gagnes pas, que tu es à la place du président, tu ferais la même chose, non ? C’est comme ça que ça marche le foot. On se remet tous en question. Est-ce que le message va passer si on insiste ? Je n’ai rien à dire sur le comportement des supporters aujourd’hui. Ils ont été derrière nous aujourd’hui. On va discuter avec le président, en tête, et on verra la suite.
c’est moi qui ai choisi le coach. Je prends mes responsabilités aussi. C’est moi qui ai donné l’idée du coach. […] C’est un bosseur, il est très attaché aux détails. Malheureusement, son message ne passe pas à 100 %. Je ne dis pas que c’est le moment de changer à 100 %, je ne sais pas. Tout a commencé à partir de Montpellier (défaite 1-0, 3e journée). Le seul reproche que je fais au coach, c’est qu’on a mis un peu de temps à faire tourner l’équipe. […] L’attitude du groupe n’est pas bonne. On verra car on n’a pas beaucoup de temps”
a avoué avec honnêteté Juninho.