Après une première moitié de saison stratosphérique, le Liverpool de Jürgen Klopp est déjà promis à la couronne d’Angleterre. Champion d’Europe l’année dernière, les Reds sont aujourd’hui intouchables. Mais quel est le secret d’un tel succès ?

Depuis le début de la saison, les Reds de Liverpool affolent les compteurs. Le week-end dernier, ils sont encore reparti du Tottenham Hotspur Stadium avec les trois points, grâce à un but de Roberto Firmino (0-1). Les hommes de Jürgen Klopp comptent déjà 61 points en 21 matchs, un record dans les 5 grands championnats. Un rythme hallucinant qui laisse déjà le champion en titre Manchester City à 14 longueurs, alors que Liverpool compte toujours un match de retard.

Dimanche prochain (17h30), ils accueilleront Manchester United, la seule équipe ayant réussi à leur chiper des points en Premier League cette saison (1-1 à Old Trafford). En Ligue des Champions, les Reds retrouveront l’Atletico Madrid pour une affiche de gala, après avoir terminé à la première place du groupe E devant le Napoli de Carlo Ancelotti. Tout juste vainqueur de la Coupe du monde des clubs en battant les Brésiliens de Flamengo (1-0), champion d’Europe en titre et maintenant quasi assuré de soulever le prochain titre de champion d’Angleterre, ce Liverpool semble tout simplement inarrêtable.

Klopp, l’unique

Après un travail remarquable et remarqué du côté du Borussia Dortmund, Jürgen Klopp s’est assurément lancé le plus grand défi de sa carrière en rejoignant les bords de la Mersey en octobre 2015. Et cinq ans plus tard, l’Allemand est sur le point de parachever son histoire de la plus belle des manières en offrant à Liverpool son premier titre de champion depuis maintenant 30 ans. Mais au-delà d’un palmarès déjà exceptionnel, le monde du football n’est pas prêt d’oublier le style inimitable de Jürgen Klopp. Derrière des mimiques parfois effrayantes et une colère souvent démesurée, le coach de 52 ans a su se forger une image de leader cool et charismatique. Absolument tout le monde en est tombé amoureux à Liverpool, de la cuisinière au président en passant par les supporters. 

31st March 2019, Anfield, Liverpool, England; EPL Premier League football, Liverpool versus Tottenham Hotspur; Liverpool manager Jurgen Klopp celebrates with a flurry of punches in front of the Kop after Liverpool win 2-1 Photo : Actionplus / Icon Sport

Il n’y a qu’à voir ce que disait l’ancien défenseur de Liverpool Martin Škrtel à l’agence turque AA, au sujet du tacticien allemand. « Liverpool possède le meilleur entraîneur du monde et les meilleurs joueurs à leurs postes respectifs avec Salah, Mané et Van Dijk. Jürgen Klopp est un entraîneur très spécial et il est maître dans l’art de motiver les gens. Il exige toujours 100 % de ses joueurs. Ses causeries et son style de parole sont très particuliers. Mais il parle surtout de manière positive à ses joueurs après les matchs, en décrivant les erreurs qu’ils ont commises sans les blesser. Ce sont ces détails qui font de lui ce qu’il est. C’est pourquoi les joueurs veulent tout donner pour Klopp. »

Une usine à stars

« Liverpool achète des joueurs avec cette capacité spéciale que personne d’autre ne voit. Robertson a été acheté à Hull, Wijnaldum a été relégué à Newcastle, Salah était à Chelsea, Mané connaissait déjà la Premier League… Liverpool ne se contente pas de regarder les meilleurs clubs pour acheter les meilleurs joueurs. C’est bien d’acheter des joueurs mais c’est mieux de savoir ce que vous en faites. Parfois, nous l’oublions. Une fois que vous avez un joueur, vous devez le faire progresser, et Jürgen Klopp n’a probablement pas assez de crédit pour cela… À Liverpool on n’achète pas de superstars, on les fabrique… » Voilà comment l’ancienne légende du club Jamie Carragher résumait cette semaine la politique des Reds sur le plateau de Sky Sports.

Jürgen Klopp et les dirigeants de Liverpool ont réussi le pari insensé de bâtir la meilleure équipe du monde à partir des fonds de tiroirs. Quel meilleur exemple que ce trio d’attaque, qui terrorise aujourd’hui toutes les défenses d’Europe. Mohamed Salah est arrivé en provenance de l’AS Roma pour 42 millions d’euros quelques années après un énorme flop du côté de Chelsea. Mais de retour en Angleterre, l’Égyptien n’aura pas mis bien longtemps à montrer toute l’étendue de son talent et reçoit le titre de meilleur joueur de Premier League dès sa première saison avec les Reds. Le constat est encore plus frappant avec Roberto Firmino, pêché à Hoffenheim en 2015 (41 M€) et Sadio Mané, formé au FC Metz, puis arrivé à Liverpool en 2016 en provenance de Southampton (41 M€). Alignés ensemble sur le front de l’attaque depuis maintenant trois saisons, le trio magique de Liverpool semble avoir atteint son apogée cette année, pour le plus grand plaisir des fans et le malheur des défenseurs… 

En toute simplicité…

La démonstration de Liverpool est un modèle du genre. Jürgen Klopp ne révolutionne pas le football, mais il s’appuie sur des principes simples exécutés avec une précision chirurgicale. Champions de l’intensité en Europe, les onze joueurs de Liverpool s’activent dès la perte de balle pour reconquérir la possession en un temps record. Un travail de contre-pressing impressionnant, devenu aujourd’hui la marque de fabrique du tacticien allemand. Sur les phases offensives, les Reds bénéficient d’une explosivité fulgurante dans la verticalité, avec des rampes de lancement techniquement irréprochables comme Jordan Henderson ou Virgil van Dijk. Tandis que sur des attaques placées, le jeu de Liverpool aura plus souvent tendance à s’écarter sur les ailes grâce à l’apport offensif des défenseurs latéraux, combiné aux appels saillants de Sadio Mané et Mohamed Salah entre les lignes pour conclure le tout.

Une recette magique qui a permis à Liverpool de gravir les sommets ces deux dernières années, avec au passage quelques moments mémorables. En demi-finale de Ligue des Champions la saison dernière, les hommes de Jürgen Klopp se sont offert une remontada exceptionnelle après avoir perdu le match aller 3-0 au Camp Nou (victoire 4-0 à Anfield). Un retournement de situation symbole d’une force de caractère à toute épreuve qui aura permis de forger la machine à gagner que l’on connaît aujourd’hui. Une machine si bien huilée qu’il est presque impossible de les imaginer tomber du toit de l’Europe cette année. 

Hugo Bernabeu