Que ce soit dans les deux camps, personne n’a réussi à expliquer l’humiliation infligée par le Bayern à la Roma sur sa pelouse en Ligue des champions mardi (1-7).

Nous ne les craignons pas. Je suis assez convaincu que nous pouvons obtenir un résultat positif. Rudi Garcia était confiant. Peut-être trop. Deux ans après avoir déjà été humilié à l’Allianz Arena avec Lille (6-1), le technicien français a vécu une soirée cauchemardesque face au Bayern Munich en Ligue des champions. Une punition 7 à 1 au Stadio Olimpico dont il a assumé l’entière responsabilité. On a assisté à un désastre tactique. On a laissé le Bayern jouer et j’en suis le premier responsable, a-t-il admis après le match, ne cherchant pas d’excuses pour expliquer cette déroute.

Perdre face à eux est toujours une possibilité vu qu’ils gagnent presque tous leurs matches, mais c’est la manière qui fait mal. Un sentiment partagé par Miralem Pjanic sur le site de l’UEFA : Il est toujours très difficile d’expliquer un tel résultat. On est vraiment désolés pour nos supporters, qui étaient encore très nombreux On était persuadé de pouvoir décrocher un bon résultat, mais on a tout fait de travers. Il faut oublier ce match aussi vite que possible.

On peut parler d’accident pour Guardiola


Mais à deux semaines du match retour en Allemagne, pas question de fanfaronner côté bavarois. Je reste convaincu que la Roma est une très belle équipe, elle l’a déjà prouvé cette saison, a avancé Arjen Robben, faisant écho aux propos tenus par son entraîneur. La Roma est très dangereuse. On va la retrouver dans deux semaines et ce sera un tout autre match. Aujourd’hui, on peut parler d’accident, le résultat ne reflète évidemment pas l’écart de niveau entre les deux équipes, a avancé Pep Guardiola, dont l’équipe a réussi tout ce qu’elle a tenté ou presque en Italie.

Avec neuf points pris sur neuf possibles, le Bayern est quasiment qualifié pour les 8e de finale de la Ligue des champions. La Roma (4 points) devra batailler pour le second ticket avec Manchester City, qu’elle distance de deux points après le nul du champion d’Angleterre sur la pelouse du CSKA Moscou. La seule bonne nouvelle de la soirée pour Garcia.