Clermont fait le buzz depuis l’annonce de la nomination d’Helena Costa, première femme à entraîner une équipe de football masculine au niveau professionnel en France. La surprise est passée chez les joueurs, tandis que le président Michy justifie son choix et que la principale intéressée est aux anges.

Visionnaire, fou, ou simple showman cherchant à faire le buzz ? Claude Michy préfère retenir la première proposition. Dans la vie, mieux vaut souvent être le précurseur que le suiveur balaye dans le Monde le président de Clermont, au centre de toutes les attentions depuis qu’il a officialisé l’arrivée d’Helena Costa. Cette Portugaise de 36 ans va devenir la première femme à diriger une équipe professionnelle masculine de football en France. Un sacré pari.

Tous les entraîneurs que j’ai eus, je les ai toujours choisis à l’instinct. Je n’ai pas de compétences footballistiques importantes, je ne vais pas aux matchs de mon équipe à l’extérieur, il y a tout un tas de choses que je ne fais pas comme les autres présidents du championnat, se justifie le président du club auvergnat, qui n’a rencontré qu’une seule fois sa future coach après avoir donné sa chance à Régis Brouard, issu du monde amateur.

Elle parle français


Il se montre loquace au moment de donner les atouts de l’ancienne sélectionneur des équipes féminines du Qatar et de l’Iran, qui travaillera avec le staff en place. Elle a une véritable volonté de réussir et, surtout, elle a de l’expérience dans le monde du football depuis de longues années. Ce qui est pratique, c’est qu’elle parle déjà quatre langues, dont le français, souligne Claude Michy, qui ne prend pas plus de risques qu’en recrutant un homme alors qu’il se définit lui même comme un peu macho.

Et ses joueurs, comment ont-ils pris la nouvelle ? On a tous fait des têtes incroyables, avoue à lequipe.fr Manuel Imorou, en fin de contrat et pas sûr de découvrir la futur coach. Après, on en a discuté entre nous. Il y en a qui ont rigolé, d’autres un peu moins … Franchement, c’était cool, il n’y a pas eu de gros scepticisme. On a fait quelques blagues, on se demandait comment elle allait gérer un groupe d’hommes, si elle allait pouvoir imposer son autorité…

Un rêve qui se réalise


Autant de points que la principal intéressée a balayé. Ce n’est pas la première fois que j’entraîne des hommes. Je l’ai déjà fait dans le passé donc ce n’est pas une nouveauté. Pour moi, c’est la même chose qu’entraîner des femmes. Le football et les objectifs restent les mêmes, a expliqué Helena Costa à RTL, faisant allusion à des débuts en tant qu’entraîneur à la tête des équipes de jeunes de Benfica.

Dans l’Equipe, elle avoue que c’est un rêve qui se réalise, remerciant le président Michy de lui donner sa chance. Il a un courage formidable. Attendue à la fin de la saison pour sa présentation officielle aux médias, qui devrait être au moins aussi relayée que l’annonce de son arrivée, celle qui est surnommée Mourinha dans son pays veut simplement être jugée sur un point : Seul mon travail comptera. Personne n’osera dire le contraire.