C’est en tant que leader de Ligue 2 que Brest reçoit Créteil, vendredi, dans le cadre de la 16e journée. Un classement qui ne doit rien au hasard pour les joueurs d’Alex Dupont.

Il y a longtemps que le public de Francis-le Blé n’avait pas autant vibré. Après deux derniers exercices moroses, qui se sont soldés par une relégation (20e de L1 en 2013-2013) et une 7e place frustrante en Ligue 2, le Stade Brestois est un prétendant légitime à un retour en Ligue 1. Plombés par un début de Championnat raté il y a un an, les joueurs d’Alex Dupont ont cette fois mis toutes les chances de leur côté. Après 15 journées, ils occupent la tête de la Ligue 2 à la faveur d’un bilan presque parfait : une seule défaite, la 3e meilleure attaque et surtout la meilleure défense avec seulement 5 buts encaissés.

Un sacré bout de chemin a été fait, a concédé en conférence de presse Sir Alex, principal artisan du renouveau breton, qui a son idée au moment d’expliquer les bons résultats de son équipe. C’est surtout l’état d’esprit qui a changé, avec des garçons plus ambitieux, plus volontaires. Il y a plus de solidarité. L’équipe a retrouvé une âme et ça rejailli sur le contenu et, comme par hasard, sur les résultats. Invaincu depuis le 22 août, Brest reste ainsi sur une série de cinq victoires consécutives toutes compétitions confondues avant de recevoir Créteil vendredi. On n’est pas euphorique, on ne saute pas au plafond, a néanmoins tempéré le technicien. On se dit simplement qu’on est dans une bonne dynamique. Cette équipe a encore une marge de progression. Proposant un jeu séduisant dans leur 4-3-3, les Bretons arrivent surtout à enchaîner les bons résultats malgré les absences de quatre titulaires.

Parmi les absents on compte Alexandre Alphonse, leur meilleur buteur symbole de ce changement visible cette saison après des derniers exercices cauchemardesques : l’attaquant en est déjà à 6 buts, soit autant qu’en 2012-2013. Mamadou Samassa, relancé dans le Finistère, Johan Martial, qui n’a jamais confirmé son potentiel et Alexandre Cuvilier, autre élément expérimenté de cet effectif, manquent aussi à l’appel pour la deuxième semaine consécutive. Pas un problème pour Alex Dupont, qui peut compter sur des joueurs déjà présents en L1 (Thébaux, Makonda et la légende locale Grougi) et qui n’hésite pas à lancer des jeunes comme Gaëtan Laborde (prêté par Bordeaux) et Birama Touré (joker prêté par Nantes). Un alliage fonctionnant pour l’instant. C’est mieux de penser à la montée qu’à la descente, non ?, peut se réjouir le druide breton. Sans pour autant s’enflammer. Pas le genre de la maison.