Comptant parmi les agents les plus influents du football français, Jean-Pierre Bernès gère les intérêts de Franck Ribéry, Mathieu Valbuena ou Samir Nasri. Mais plus ceux de Yoann Gourcuff, malgré sa bonne relation avec le milieu de terrain de l’OL. On entretenait de très bons rapports. C’est un joueur avec lequel j’aurais aimé passer beaucoup de temps. Le problème, dans une telle démarche, c’est qu’il faut un échange. Il n’était pas réceptif à ce que je lui disais, a expliqué l’agent dans les colonnes de l’Equipe. Je lui disais strictement la vérité, ce que les gens disent de lui aujourd’hui, que c’était quelqu’un de particulier. Je ne sais pas s’il a évolué. J’étais peut-être un peu trop direct, mais c’était pour son bien. Je me suis investi avec lui et, du jour au lendemain, sans raison, il a cessé notre collaboration. L’ancien dirigeant de l’OM a tenté d’analyser sa rupture avec l’international français : Il n’a pas agi ainsi qu’avec moi. C’était quelqu’un d’assez mystérieux, assez solitaire. Avec ses défauts et ses qualités. Mais il faut avoir conscience de ce qu’on dégage. À Lyon, les joueurs voulaient le pendre par les pieds, presque ! Ils ne sont pas tous fous à la fois. Il y avait un souci. Quand on est bien dans sa tête, on est bien physiquement. Tous ses soucis, c’est aussi psychologique. Je suis heureux qu’il retrouve un bon niveau : c’est un très gentil garçon.