Mené au score à la pause, le PSG revient avec un nul de Reims pour le coup d’envoi de la saison en Ligue 1 (2-2). Même s’il a raté un penalty et une occasion facile, Ibrahimovic a encore été le héros parisien avec un doublé, qui n’a pas suffi à effacer les errements de sa défense.

Encore une fois, les Qataris n’ont toujours pas connu la victoire d’entrée en Ligue 1. Comme lors des trois précédentes saisons, le PSG a commencé en douceur, sans parvenir à s’imposer. C’est Reims cette fois qui a profité du temps pour mettre en marche la machine parisien pour prendre un point devant son public (2-2). Pour une équipe balayée à deux reprises la saison passée par les joueurs de Laurent Blanc (3-0 à chaque fois), c’est bien payé, même si elle menait au score à la mi-temps. La faute à une défense parisienne mal dirigée par Thiago Silva, titulaire quelques jours seulement après son retour de vacances, qui a craqué sur un coup frac repris victorieusement par Oniangué (22e, 1-1), puis sur un contre conclu par Devaux, qui en était aussi à l’origine (37e, 2-1).

Zlatan, un doublé et un péno raté


Deux buts intervenant alors que le PSG semblait avoir la mainmise sur un match à sens unique, qu’il aurait dû tuer à trois reprises. Mais Ibrahimovic avait décidé de souffler le chaud et le froid. Le chaud comme quand il a profité de cette merveille de passe dans l’intervalle d’un Pastore encore une fois très bon dans l’entrejeu pour ouvrir le score (7e, 1-0). Le froid en trouvant le poteau alors qu’il était seul face au but vide sur un décalage de Lucas (19e), qui l’avait oublié juste avant (18e), ou en ratant un penalty qu’il avait lui-même obtenu sur une simulation ridicule (21e). Le Suédois s’est rattrapé en étant une fois encore décisif sur le deuxième but des siens, avec un centre dévié dans ses propres filets par Placide, décisif sur son penalty en première mi-temps (63e, 2-2).

Les ratés de Cavani


Un bon point pris pour Reims à la vue du second acte à sens unique. Le PSG a été fidèle à lui-même en posant le pied sur le ballon pour tenter de faire bouger le bloc des hommes de Jean-Luc Vasseur, positionné très bas. Cela aurait pu fonctionner si Cavani, également titulaire mais sur l’aile gauche, pas en pointe, s’était montré plus inspiré dans ses tentatives (6e, 25e, 77e), et n’avait pas raté l’immanquable (90e+3) ou si la frappe Chamtôme n’avait pas été repoussée sur la ligne (90e). Comme plusieurs ses coéquipiers et en attendant David Luiz, Matuii, Cabaye ou Maxwell, Cavani est encore en phase de rodage. Ce n’est pas le cas de Zlatan, heureusement pour le PSG.