Vincent Labrune fait savoir que l’incident avec Marclo Bielsa était clos à l’OM. L’intérêt du club passe avant tout, assure le président phocéen.

Vincent Labrune aura mis un peu plus de dix jours à enfin communiquer officiellement. Pris pour cible par Marcelo Bielsa, à qui il aurait menti au sujet du recrutement notamment, le président de l’OM n’avait pas raccourci ses vacances pour autant, prenant le temps pour réagir à cette affaire. Les deux hommes se sont vus vendredi, comme le technicien argentin l’a confié en conférence de presse dimanche après la victoire de son équipe contre Evian-Thonon-Gaillard (3-1).

Nous avons eu une discussion franche, approfondie et respectueuse. Elle a permis de lever certains malentendus et incompréhensions réciproques, tient à faire savoir Labrune, par le biais d’un communiqué officiel publié sur le site de l’OM. Marcelo m’a tenu un discours de vérité et j’ai compris qu’il n’avait pas cherché à polémiquer mais à faire part de son ressenti aux supporters. Cette discussion aura permis d’identifier certains problèmes de communication interne liés à notre nouvelle organisation, mais elle aura surtout permis de retrouver une plus grande fluidité dans notre relation, rassure au passage le président olympien, qui n’a pas demandé l’intervention de l’actionnaire Margarita Louis-Drefyus dans ce conflit et n’a pas non plus sanctionné Bielsa.

Désormais, l’incident est clos, conclut Labrune, histoire d’éteindre définitivement l’incendie. Le projet continue. L’intérêt du club passe avant tout et nous sommes tous ensemble, direction, staff, joueurs, salariés, tournés vers un seul objectif : la réussite de notre saison sportive. Une réussite qui peut expliquer pourquoi il a surtout tenté de calmer le jeu avec El Loco : l’OM pointe à une belle 2e place à l’issue de la 5e journée.