Avec 4 buts marqués en deuxième période, Bordeaux s’est défait de Monaco, lors de la 2e journée de Ligue 1, après une première période ratée. Les Girondins prennent donc la tête du championnat et on parle déjà d’un effet Willy Sagnol.

Les supporters bordelais se souviendront longtemps de la première de Willy Sagnol à Chaban-Delmas. Les supporters monégasques aussi, mais surement pas pour les mêmes raisons. Outre l’affrontement entre les joueurs sur la pelouse, c’est un véritable duel tactique que se sont livrés Sagnol et Leonardo Jardim. Le Portugais a remporté la bataille de la première mi-temps, mais l’ancien international français a gagné le match. Et de quelle manière.

Dominés, Bousculés, incapables de se sortir de leur milieu de terrain, les Girondins ont logiquement encaissé le premier but de la partie. Auteur de 45 premières minutes d’une classe absolue, Dimitar Berbatov reprenait de la tête un centre au cordeau de Valère Germain et venait concrétiser la domination du club de la Principauté en battant Cédric Carrasso de près (0-1, 44e). Plus tôt dans le match, le Bulgare s’était montré dangereux en lançant Ocampos, qui butait sur Carrasso (16e), puis en contrôlant magnifiquement un ballon dans la surface, mais en n’appuyant pas assez rapidement sa frappe (17e).

Bordeaux a mis 4 buts en 30 minutes

Difficile d’imaginer durant la mi-temps que Bordeaux allait pouvoir refaire son retard. Willy Sagnol décidait néanmoins de procéder à un choix tactique avec la sortie de Diabaté pour faire entrer Jaroslav Plasil. Le résultat ne se faisait pas attendre. Sala était décalé sur le côté droit et trouvait Diego Contento au second poteau. Intelligemment, la nouvelle recrue girondine remisait le ballon au centre pour Diego Rolan, qui égalisait de près (1-1, 47e). Mais c’était loin d’être finie. Après s’être créé une grosse occasion sur un service de Plasil (53e), Khazri obtenait un penalty suite à une faute d’Abdennour. Sala se chargeait de la sentence et donnait l’avantage aux siens (2-1, 61e).

Jardim tentera bien de remotiver son équipe, en faisant notamment entrer en jeu Radamel Falcao. Mais rien n’y fera. La furia girondine continuait à déferler par vague sur les buts de Subasic. Rolan pour le doublé (3-1, 64e), puis Khazri, sur un nouveau penalty obtenu par lui-même (4-1, 75e) parachevaient le supplice monégasque. En 30 minutes, l’ASM a encaissé 4 buts. Impensable la saison dernière pourraient commencer à dire certaines mauvaises langues, en faisant référence à Claudio Ranieri. Mais Lenoardo Jardim n’a pas besoin de cela pour avoir conscience qu’il n’a déjà plus le droit à l’erreur.