Le résultat nul à Gerland (1-1) contre le Paris Saint-Germain laisse un goût amer à Jean-Michel Aulas après l’épisode du penalty retiré de Zlatan Ibrahimovic. Tant que l’on appliquera les règlements sans aucune appréciation, sans aucun état âme, on se risque éventuellement à un certain nombre d’analyses, a réagi le président de l’Olympique Lyonnais dans le Canal Football Club. J’aurai aussi voulu revoir le penalty sur Lindsay, la main décollée (de Matuidi) en première mi-temps, et le penalty indéniable sur Yohann Gourcuff.

Je suis très agacé, a continué Jean-Michel Aulas. Surtout par ce qu’on m’a dit avant le match, pour essayer de faire en sorte qu’il n’y ai pas de tension auprès des arbitres. (…) Quand on m’explique que ce n’est pas une main qui mérite penalty (Matuidi en 1ère mi temps), je pense qu’on me prend pour un idiot et je n’aime pas qu’on me prenne pour le bouffon de la soirée. (…) Ce n’est pas parce qu’on a un gardien extraordinaire ce soir que l’on doit nous pénaliser. L’arbitre a peut être arbitré en fonction de la qualité extraordinaire d’Anthony. Il vaut mieux en sourire qu’en pleurer, mais dès fois on a envie de pleurer.