Exilé à Marrakech, José Anigo s’est dit prêt à répondre à toute convocation de la justice dans l’affaire des transferts suspects de l’OM. L’ancien directeur sportif phocéen assure n’avoir rien à se reprocher.

Si 15 personnes, dont Vincent Labrune et ses prédécesseurs Jean-Claude Dassier et Pape Diouf, ont été mises en garde à vue à Marseille et Paris en raison de flux financiers suspects autour de certains transferts à l’OM, José Anigo n’est pour l’instant pas inquiété. Vivant désormais au Maroc, à Marrakech, d’où il mène une mission de détection en Afrique pour le club phocéen, l’ancien directeur sportif n’a pas l’intention de voir son nom être souillée dans cette histoire, alors que son ancien domicile à Marseille a été perquisitionné.

On peut regarder tous les comptes, chercher partout si j’ai de l’argent. J’en ai tellement marre de toutes ces histoires que je veux que ça finisse. Je suis sur une période de reconstruction après avoir touché le fond moralement… Je n’en peux plus de tout ça, a balayé Anigo, interrogé à ce sujet dans les colonnes de l’Equipe. Il s’est dit prêt à venir répondre aux questions de la justice au sujet de ces transferts, lui dont le nom a souvent été associé au milieu du grand banditisme en raison de ses liens avec certaines personnes peu recommandables. A en croire le quotidien sportif, Anigo devrait rapidement être convoqué.

Il pourrait à cette occasion enfoncer Pape Diouf, pas exempt de tous reproches dans le transfert de Samir Nasri si on en croit ses déclarations en 2012. La justice va regarder le transfert de Nasri et chercher où sont passés les 6 millions (de bonus). Peut-être que Pape Diouf, il les a pas mis dans sa poche mais on peut considérer que le père de Nasri, il a pas le droit d’en toucher une partie, avait lâché Anigo, dont le téléphone avait été placé sur écoute en raison de soupçons le concernant. Si lui n’a rien à se reprocher, l’ancien directeur sportif de l’OM jouera peut-être un rôle clé dans cette affaire en dévoilant ce qu’il sait sur un club dont il connaît tous les rouages.