Le Toulouse FC, relégué en Ligue 2 alors que la saison n’est pas allé à son terme, à décidé d’intenter à son tour une action en justice.

«Si j’ai pris la décision d’aller en justice pour faire valoir nos droits, c’est tout d’abord pour faire respecter l’équité sportive, puisque 30 points restaient en jeu, et surtout pour m’opposer à la décision précipitée du président de la Fédération française de football, Noël Le Graët», a écrit à l’AFP Olivier Sadran, le président du club toulousain.

Les Violets rejoignent ainsi Amiens qui a lancé une procédure, soutenu par la Métropole d’Amiens qui a saisi le Tribunal administratif. Ce recours s’ajoute également à celui intenté par Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais.

La polémique a été relancée cette semaine par plusieurs éléments. Tout d’abord, la reprise dans de bonnes conditions de la saison de Bundesliga, qui semble indiquer qu’il était possible de rependre le football et terminer le championnat aussi en France. Ensuite, la décision de la LFP d’offrir 22 places en Ligue 2 la saison prochaine, sans reléguer aucune équipe. Une décision qui pourrait être cassée par la FFF, qui craint de créer un précédent remettant en cause les relégations prononcées en Ligue 1.