Le PSG et le FC Barcelone ne sont pas sur la même longueur d’onde sur le dossier Neymar. Mais les négociations continuent.

Les négociateurs du FC Barcelone ont présenté au Paris Saint-Germain une proposition très ouverte afin qu’elle puisse être prise en compte par le club français et qu’elle puisse donner lieu à étendre les discussions. Mais le point de départ est toujours le même : un prêt avec option d’achat. Une formule qui ne satisfait pas le PSG.

Dans le détail, le Barça fait une proposition pour un transfert de Neymar étalé sur deux saisons, le Barça assumant le paiement d’un “loyer” pour les deux exercices, devant s’achever par la cession du joueur. A quel prix ? Là est le problème. La grande nouveauté dans la proposition de Barcelone est que durant la première année l’achat ne serait pas obligatoire, mais dans la seconde il le serait. Cela garantit des revenus au club parisien pour son crack dès cette saison, alors que la piste d’une mise à l’écart du Brésilien est désormais évoquée.

Le PSG pas prêt à un prêt ?

Le Barça pense que le fait d’avoir à payer le transfert après deux années donnera au joueur une plus grande marge de manœuvre pour prouver sa valeur. Le fait que l’option d’achat après la première année ne soit pas obligatoire ne signifie pas que le Barça, s’il est satisfait de la performance du joueur, ne puisse l’exécuter dès l’été 2020 s’il dispose des ressources nécessaires et s’il est pleinement convaincu que le pari pour Neymar peut être avancé une saison.

En tout état de cause, les négociations restent ouvertes et poursuivent leur cours. Les téléphones d’Éric Abidal, du côté du Barça, et de Leonardo, du côté du PSG, fument !

Toutefois, le PSG continue de privilégier une transfert net et continue de valoriser Neymar à environ 250 millions. Le club français aurait donc formulé une contre proposition claire : Neymar contre Dembele plus Semedo, plus 100 millions d’euros. Deux joueurs que le Barça ne semble pas vouloir céder. Qui va lâcher du lest le premier dans les négociations ? Réponse dans les toutes prochaines heures.