Ce mardi l’équipe de France affronte la Suède en match amical. L’occasion pour l’ancien Marseillais Mathieu Valbuena de revenir au stade Vélodrome après son départ pour le Dynamo Moscou cet été.

Il y a beaucoup d’émotion. Je m’étais promis de ne pas pleurer mais j’ai passé huit années ici, j’y ai vécu des choses fantastiques, des titres, des Coupes de la Ligue. J’en suis fier mais la page se tourne aujourd’hui déclarait en août dernier Mathieu Valbuena, lors de sa dernière conférence de presse avant son départ au Dynamo Moscou. Valbuena ému, n’avait pas eu l’occasion de dire au revoir au public marseillais. Il aura l’opportunité de le faire mardi, lors du match amical France-Suède au stade Vélodrome : Il y a une grosse envie comme tous les matchs, bien sûr que c’est quelque chose de particulier de revenir au stade Vélodrome en ayant vécu de belles années, ce sera un bon moment a-t-il confié ce dimanche à Téléfoot.

Un départ cet été pour 7 millions d’euros qui a permis à l’OM d’alléger ses comptes et à Valbuena de signer un gros contrat. Un risque sur le plan sportif qu’il a minimisé en demandant l’aval de Didier Deschamps. Le sélectionneur l’a rassuré en lui indiquant que ce choix ne compromettrait pas sa carrière en Bleu. S’il n’est pas parvenu à faire basculer la rencontre face à l’Albanie (Victoire 2-1 des Bleus) ce vendredi, Petit Vélo s’est dépensé sans compter et déplacé sur tout le front de l’attaque. Plus à l’aise dans un 4-2-3-1, Valbuena n’a cependant pas réussi à se situer dans le 4-4-2 en losange de Deschamps. En tant que numéro 10, il gagnerait à se placer de façon plus axial ainsi qu’à réguler d’avantage le jeu. Quoi qu’il en soit, avec 43 sélections, Mathieu Valbuena est devenu au fil du temps, un membre à part entière de l’équipe de France.

Le grand public se demande pourquoi Valbuena est parti se perdre au Dynamo Moscou, en Russie. Faute d’offres alléchantes sans doute, il estimait à l’époque qu’il s’agissait d’une décision murement réfléchie : J’avais envie de partir, c’était très clair dans ma tête. On devait discuter avec Bielsa mais tout est allé très vite. La dernière année à l’OM a été un peu compliquée. Pas vraiment mauvaise mais pas non plus ce que j’avais prévu. Il était temps de passer à autre chose. Le Dynamo m’a témoigné beaucoup d’intérêt. Le coach me voulait depuis 2008 quand nous avons joué contre le Spartak Moscou. J’ai aimé son discours, je marche à l’affectif. Les retrouvailles entre Valbuena et le Vélodrome risquent d’être pleines d’émotions.

Flavien Bories