Meilleur ami de Layvin Kurzawa depuis le barrage de l’Euro Espoirs, John Guidetti sera le principal danger pour l’équipe de France en l’absence de Zlatan Ibrahimovic mardi soir au Vélodrome. Après deux saisons blanches, l’attaquant suédois a retrouvé le sourire au Celtic Glasgow.

Peut-être qu’ils en rigoleront. Ou pas. Les retrouvailles entre Layvin Kurzawa et John Guidetti sera l’un des intérêts du match amical entre l’équipe de France et la Suède mardi soir à Marseille. Difficile d’oublier cette scène lors de la déroute des Espoirs en barrage de l’Euro : main sur le front, le latéral gauche de Monaco était allé défier l’attaquant suédois après avoir réduit la marque, avant de se faire chambrer en retour par celui-ci à 4-1 et l’élimination acquise. Guidetti avait remis ça quelques jours plus tard en mimant ce geste après avoir marqué avec le Celtic Glasgow, où ses performances lui ont permis de retrouver les A, plus de deux ans après sa seule sélection, en février 2012.

A l’époque, Guidetti cartonne avec le Feyenoord Rotterdam. Il terminera la saison avec 20 buts en Championnat avant de retourner à Manchester City, club qui était allé le chercher dans son pays natal à Brommapojkarna en 2008 alors qu’il n’avait que 16 ans, quelques mois après ses grands débuts en en D2 suédoise. Un choix que le fantasque attaquant, parti au Kenya quatre ans (entre 10 et 14 ans) du fait du travail de son père avant de revenir en Suède, regrette peut-être depuis. Car mis à part un match de League Cup en 2010, il n’a jamais joué avec l’équipe première des Citizens : brillant chez les jeunes, il a été prêté deux fois sans réussite avant d’exploser au Feyenoord.

Le tacle de Zlatan


Revenu à City à l’été 2012, celui qui est alors considéré au pays comme le successeur naturel d’un certain Zlatan Ibrahimovic met trois mois à soigner un virus mais prolonge quand même avec le club anglais jusqu’en 2015. Mais impossible pour lui de se faire une place dans l’effectif pléthorique des Skyblues. Prêté à nouveau en janvier 2014 à Stoke, il joue six matches avant de tacler Mark Hughes, son entraîneur, dans la presse suédoise. La raison ? Ne pas l’avoir aligné contre Chelsea en Cup. Un épisode illustrant le caractère bien trempé du jeune homme, qui lui vaut une mise à l’écart jusqu’à la fin de la saison.

De quoi faire jaser en Suède. Car si Guidetti cartonne depuis toujours dans les sélections de jeunes, où sa puissance et son sens du but font des merveilles, il tarde à confirmer au plus haut niveau. Zlatan Ibrahimovic en personne lui fait la morale dans les médias, lui demandant d’enfin prouver son talent balle au pied et non avec sa bouche. A croire que ses conseils ont porté leurs fruits. Une nouvelle fois prêté au Celltic Glasgow après un imbroglio administratif cet été, le natif de Stockholm confirme enfin tout le bien que l’on pense de lui. Auteur de 9 buts en 10 matches toutes compétitions confondues avec les Bhoys, celui qui a été élu meilleur joueur du championnat écossais en octobre a gagné le droit de se voir offrir une nouvelle chance en équipe nationale.

Il est de retour et c’est très bien, s’est réjoui Ibrahimovic en conférence de presse la semaine passée. Cela veut dire qu’il a écouté. Il marque des buts, laisse ses pieds parler. Il était énorme avec les moins de 21 ans et maintenant il est bon avec son club. Il faut qu’il continue comme ça. En l’absence de son glorieux aîné, blessé, Guidetti pourrait être titulaire pour la première fois chez les A, à quelques mois de disputer l’Euro avec les Espoirs. Peut-être se chargera-t-il de le rappeler à Kurzawa en le croisant sur le terrain…

F.S